A la découverte de l’établissement

Les lycées

LES LYCÉES : GÉNÉRAUX ET TECHNOLOGIQUES (LGT)
ET PROFESSIONNELS (LP)

L’organisation du lycée

Le lycée scolarise 2,2 millions d’élèves, menant environ 70 % d’une classe d’âge au baccalauréat. La Seconde générale et technologique (GT) mène aux séries générales (économique et sociale, littéraire ou scientifique) ou technologiques (gestion, sanitaires et sociales, industrielles, de laboratoire, d’arts appliqués), et la Seconde professionnelle, aux filières professionnelles. Les trois voies du lycée ont connu des réformes récentes qui posent de nombreux problèmes (bac pro trois ans, réforme Chatel du LEGT).
La multiplication des épreuves « locales » qui accompagne ces réformes fragilise les diplômes nationaux auxquels ces évaluations participent.

Participation des élèves à la vie de l’établissement
Des instances spécifiques existent telles que le conseil de la vie lycéenne ou la maison des lycéens mais aussi des instances de projets comme le CESC (Comité d’éducation à la santé et la citoyenneté). Les lycéens, parfois jeunes adultes, peuvent y expérimenter la prise de responsabilité, l’autonomie et l’action citoyenne.

Quelles conditions de travail ?
Au lycée, les classes de Seconde (dont 80 % ont 30 élèves ou plus) sont souvent très hétérogènes, et la préparation du bac fait pression sur le cycle terminal. La charge de préparation de cours et de correction de copies est lourde. Les professeurs débutants s’y sentent souvent plus à l’aise qu’au collège, la maturité des élèves facilitant la gestion de la classe et du cours.

La démocratisation du lycée
Répondant à la demande sociale et aux besoins de l’économie, le lycée a su qualifier un nombre croissant de jeunes : la mise en place des voies technologiques (1968) puis professionnelles (1985) a permis de tripler le nombre de bacheliers dans une génération (20 % en 1970, 64 % en 1994).
Après 1994, la démocratisation s’est essoufflée, malgré une hausse récente du taux d’accès au bac (surtout via la voie professionnelle). À ce jour, 77 % d’une classe d’âge obtient un baccalauréat. Une part importante d’élèves, notamment des milieux populaires, ne trouve donc pas sa place au lycée.

La réforme Chatel du lycée en 2010 a profondément transformé l’organisation des enseignements. 10 % des horaires sont répartis localement sur le principe de l’autonomie de l’établissement. L’enveloppe initialement destinée à financer les groupes à effectifs réduits sert désormais à tout ! Options facultatives, dédoublement de l’AP (ou pas), Enseignement moral et civique dans la voie technologique. Tout cela débouche sur une grande disparité d’utilisation des moyens d’un lycée à l’autre.

Sur la base d’un pseudo-bilan organisé par le ministère, il n’est envisagé à ce jour que des ajustements techniques de la réforme du lycée, alors que tous les nouveaux dispositifs (Accompagnement personnalisé, Enseignements d’exploration, stages de mise à niveau, passerelles, tutorat…) présentés comme des panacées ont fait la démonstration de leur échec sur le terrain. Dans les discours officiels, le lycée semble devoir être rattaché au supérieur dans une forme de « continuum bac-3/bac+3) et la scolarité obligatoire se terminerait avec le DNB en Troisième. Si le Ministère persistait dans cette voie, ce serait une grave régression car seule une formation initiale longue permet l’élévation des qualifications et l’évolution professionnelle à long terme. Nous demandons que la scolarité obligatoire soit portée jusqu’à 18 ans, avec l’objectif de 80 % d’une classe d’âge au bac. Pour cela, il faut accepter d’investir dans l’éducation : former les professeurs, donner des conditions d’enseignement et d’étude permettant un travail de qualité.

Autres articles de la rubrique A la découverte de l’établissement

  • L’organisation de l’établissement
    L’autonomie Depuis 1983, les collèges et les lycées sont des Établissements publics locaux d’enseignement (EPLE), et disposent d’une autonomie dans des domaines définis par le Code de l’éducation :... Lire la suite (22 septembre)
  • Les autres métiers dans l’établissement
    Les autres métiers dans l’établissement La « communauté scolaire » est composée de personnels dont les qualifications sont différentes : professeurs, CPE (Conseiller principal d’éducation), AED... Lire la suite (22 septembre)
  • Le Collège
    Le collège Le collège dit « unique » a été initié par la réforme de René Haby en 1975. Alors qu’auparavant, les élèves issus de l’école primaire étaient orientés dans une des trois filières distinctes de... Lire la suite (22 septembre)
  • Et l’éducation prioritaire ?
    Après les RAR, le programme ÉCLAIR imposé en 2010 a démantelé et dévoyé l’éducation prioritaire au profit d’une déréglementation pour les élèves comme pour les personnels. Le creusement des inégalités... Lire la suite (22 septembre)