Éditos

10 mai...

La gauche socialiste française avait ses 10 mai d’espoir : décision de mener le gouvernement de Front Populaire en 1936, élection de François Mitterrand en 1981. Elle a maintenant celui de l’indignité.

Comment peut-on choisir le 10 mai pour imposer brutalement sous le prétexte d’une représentation nationale rétive une réforme du code du travail qui nous ramène des décennies en arrière alors que l’on se déclare socialiste, admirateur de Mitterrand et héritier de Jaurès et Blum ?

Rappelons simplement ce que disait F.Hollande en 2006 : « le 49.3 est une brutalité, le 49.3 est un déni de démocratie »…un reniement de plus !

En fait rien de bien étonnant de la part d’un premier ministre qui cultive l’image autoritaire de celui que rien n’arrête (rappelons-nous la publication des textes collège2016 le lendemain d’une grève majoritaire)…et surtout pas le respect du peuple ni de ses représentants.

Toutes et tous, salarié-s, sans emploi, retraité-es se doivent de le clamer : une telle méthode est indigne, un tel mépris pour les citoyen-nes est inacceptable.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Solidarité Turquie
    Quand cesseront les purges qui affectent depuis le coup d’état avorté, près de 93000 employés du secteur public en Turquie ? A ce jour, on estime à 38300 le nombre de personnels de l’éducation... Lire la suite (22 novembre)
  • Second degré : à nous de jouer
    Le débat des présidentielles est bien mal engagé : côté gouvernement, une défense de la scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans qui sonne davantage comme un slogan que comme le projet de société qu’il... Lire la suite (2 octobre)
  • Rentrée en résistance
    Comme à chaque rentrée, le plaisir de retrouver collègues et élèves est là, ainsi que la volonté de bien faire nos métiers. Mais le contexte si particulier de crainte des attentats, de... Lire la suite (28 août)
  • L’urgence d’une Europe plus sociale
    Le Brexit ouvre une période de turbulences économiques et financières importantes pour le Royaume-Uni même si à terme, il est probable que ses relations économiques et commerciales avec les pays de... Lire la suite (25 juin)
  • Qui bloque ?
    L’insupportable discours des soutiens du gouvernement se développe autour deux axes : les organisations syndicales (et en premier lieu la CGT) qui appelleraient au blocage du pays seraient les... Lire la suite (29 mai)