La solidarité internationale en France

28 mars au 1er avril : Congrès du SNES-FSU à Grenoble : vive la solidarité internationale

Le congrès a permis de réaffirmer tous les domaines dans lesquels le SNES-FSU poursuit son activité internationale : Alter Sommet, Altermondialisme avec le prochain Forum social mondial en août à Montréal, solidarité internationale et coopération, Comité syndical franco-phone de l’éducation et de la formation, Internationale de l’Éducation avec en particulier le Comité syndical européen de l’éducation.

Un temps fort

Avec la participation de 25 invités internationaux venus d’Europe, d’Afrique, d’Amérique latine et du Japon, le congrès a représenté un temps fort non seulement pour les délégués, mais également pour les représentants des organisations syndicales conviés à nos travaux.

Les objectifs de travail ne se limitent pas au renforcement des liens qui existent déjà avec d’autres organisations enseignantes. Il s’agit d’approfondir nos réflexions communes sur des sujets aussi variés que les salaires et conditions de travail, l’évaluation des personnels, les politiques de syndicalisation, voire le renouvellement des équipes de militant(e)s. Échanger sur les préoccupations professionnelles et les stratégies syndicales à mettre en place pour faire avancer les revendications, un sujet de débat très prisé ! Pour un syndicalisme combatif, un syndicalisme de lutte et de transformation sociale. À cet égard, la participation de tous les invités à la manifestation dans les rues de Grenoble le 31 mars a témoigné fortement de cette solidarité internationale indispensable dans les mobilisations.

Réaffirmer des valeurs communes, défendre des droits fondamentaux

Des témoignages à la tribune souvent poignants comme ceux de Kamuran Karaca, président d’EGITIM-SEN (Turquie). « Enraison des conflits dans l’est du pays, 150 000 élèves ne peuvent se rendre à l’école, depuis huit mois. Sur les 3 millions de réfugiés dans notre pays, 800 000 devraient être scolarisés et seulement 70 000 ont accès à l’éducation. Nous défendons les droits des réfugiés et ceux des enfants touchés par les violences. »

Quant à Nejib Sellami, Secrétaire général du SGES-UGTT de Tunisie (enseignement secondaire), il explique « qu’améliorer l’éducation et construire un monde plus juste et plus égalitaire est possible avec nos efforts collectifs et déterminés ». Awa Wade, Secrétaire générale de l’UDEN (Sénégal) souligne le « rôle joué par le SNES-FSU dans la mise en œuvre d’une activité de coopération axée sur la formation des jeunes et des femmes dans les régions ». Pour Vangelis Bountouloulis, membre du Bureau exécutif d’OLME (Grèce), « le peuple grec s’est battu contre ces politiques néolibérales et il continue de le faire, quel que soit le gouvernement en place. Les enseignants sont en première ligne de la contestation »
.
Unis et déterminés. Un des messages forts à retenir. Vive la solidarité internationale !

Autres articles de la rubrique La solidarité internationale en France