Conséquences de la notation sur l’avancement dans la carrière

L’avancement d’échelon

A chaque corps (certifiés, agrégés, PEPS, PLP, CPE,...) correspond une grille indiciaire comportant des échelons et leur indice de rémunération. La classe normale comporte 11 échelons. La carrière se poursuit dans un autre grade qui n’est pas accessible automatiquement. Les rythmes d’avancement dans la classe normale sont différents. A partir du 5ème échelon : grand choix (le plus rapide), choix, ancienneté (le plus lent).

Le tableau, ci-dessous, permet de calculer à quelle date on est promouvable à l’échelon supérieur.

Ex. : S.C. professeur certifié promu au 6ème échelon le 1er mars 2013, promouvable au 7ème échelon :

- au grand choix, le 1er septembre 2015,
- au choix, le 1er mars 2016,
- à l’ancienneté, le 1er septembre 2016.
Promouvable ne signifie pas promu.
Chaque année, une CAP (commission administrative paritaire), académique (CAPA) pour les certifiés, EPS, PLP, CPE, CO-Psy, nationale (CAPN) pour les agrégés sont consultés sur le tableau d’avancement des personnels promouvables durant l’année scolaire en cours.
Le tableau d’avancement donne, par échelon, la liste des promouvables classés :
- par ordre décroissant de note globale sur 100 ou de la note unique sur 20 pour les CPE.
- par âge décroissant à note égale.
L’administration applique les proportions, fixées par les statuts, de promotions possibles.
Sont promus, dans l’ordre du classement des notes :
- au grand choix, les 30 % premiers promouvables au grand choix
- au choix, les 5/7 premiers promouvables au choix.
Sont promus à l’ancienneté, ceux qui n’ont pu être promus ni au grand choix, ni au choix. La notation détermine donc la vitesse du passage d’échelon, et par conséquent, la rémunération.
Si l’évolution de la note administrative est "encadrée" (grille des notes par échelon), la note pédagogique, elle dépend de l’inspection.
Donc, pour avancer plus rapidement dans la carrière, la fréquence des inspections est déterminante.

Compte tenu du lien entre notation et avancement, l’évaluation est souvent mal vécue. Nous tenons à la distinction de la notation administrative et de la notation pédagogique. Pour l’une comme pour l’autre, il faut des critères clairs et transparents. Nous sommes attachés à la possibilité de contester en CAP la note administrative et demandons pour la note pédagogique des possibilités réelles d’appel et de suivi dans les CAP, un plan négocié d’inspection, un réajustement automatique de la note en cas de retard d’inspection.
Déroulement de carrière et notation doivent être indépendants. Nous revendiquons l’avancement automatique au rythme le plus favorable. Nous considérons que le rôle de l’inspection doit être centré sur la formation, le conseil, l’aide et l’impulsion pédagogique.
Nous revendiquons, pour les CPE et les documentalistes, des inspections spécifiques. Par ailleurs, l’évaluation des CPE doit être calquée sur celle des enseignants : note pédagogique + note administrative. De même, les professeurs documentalistes doivent être évalués par une inspection spécifique d’information-documentation et non plus par l’inspection établissements et vie scolaire.