L’épreuve de capacités expérimentales (ECE)

A propos de la pétition de l’UdPPC...

Plusieurs collègues nous ont demandé pourquoi le SNES ne signait pas la pétition de l’UdPPC concernant le programme de physique chimie de la série S.

Sur la forme : association de spécialistes, l’UdPPC n’a pas sollicité le SNES pour une signature es-qualité. Cependant, sur la liste de diffusion à laquelle les collègues de physique-chimie syndiqués au SNES peuvent s’inscrire s’ils le souhaitent, plusieurs adhérents ont appelé à titre personnel à signer la pétition.

Sur le fond, le SNES formule quelques observations :

Bien évidemment, le SNES déplore les conditions dans lesquelles la réforme du lycée a été engagée et dans lesquelles elle continue de se dérouler (http://www.snes.edu/Bac-2013-une-ga...). Il demande une mise à plat de la réforme Chatel et une autre réforme du lycée.

Dans ce cadre, il demande une réflexion sur l’équilibre des séries et un travail sur les contenus pour les rendre toutes attractives, ce qui entraînera nécessairement une remise à plat des horaires pour toutes les disciplines. Il demande également un cadrage national des dédoublements. Cela concerne en particulier les horaires scientifiques de la série S (cours et TP) qui, avec actuellement moins de 50% de l’horaire en sciences, n’apparaît pas clairement comme scientifique, contrairement aux intentions affichées par le ministère.
Ce point pourtant essentiel n’est pas soulevé par la pétition.

Le SNES déplore des incohérences, inévitable conséquence de la mise en place d’un programme dans la précipitation. Faut-il pour autant dire que ces nouveaux programmes risquent de provoquer « une désaffection significative pour la poursuite d’études scientifiques » ?

Beaucoup de collègues se retrouvent dans certaines des nouvelles approches de la discipline que propose le programme. Par exemple, le remplacement de TP d’ECE devenus au fil des années trop "presse boutons" est souvent bien accueilli sur le principe. Que ce soit en S, en STI2D ou en STL c’est surtout le temps qui manque aux élèves dans le cycle terminal pour apprendre à « élaborer un protocole », le « mettre en œuvre », porter « un regard critique »…

Les nouvelles modalités des épreuves écrites - analyse et synthèse de documents, exercice familier aux collègues de SVT – inquiètent les enseignants qui n’ont pas reçu de formation pour initier à cette démarche scientifique, mais tous, loin de là, ne souhaitent pas la suppression de ce type d’exercice. Là encore, c’est surtout le temps qui manque aux professeurs pour préparer ex nihilo de telles évaluations sans véritable formation.

Le SNES laisse donc à ses adhérents toute liberté quant à la signature de la pétition de l’UdPPC.

Autres articles de la rubrique L’épreuve de capacités expérimentales (ECE)