Articles parus dans l’US

DROIT À MOURIR DANS LA DIGNITÉ

À tout petits pas...

Il aura fallu trois longues années pour que la montagne accouche d’une souris : la loi sur la fin de vie votée par l’Assemblée nationale reste pour le moins timorée et n’apporte que quelques améliorations par rapport à la loi de 2005.
Certes, la voix des patients sera mieux prise en compte : les médecins seront désormais tenus de respecter les volontés exprimées par le ou la patient(e) concernant le non-acharnement. Une personne de confiance pourra être désignée pour
prendre les décisions sur la fin de vie – on pense évidemment à éviter une nouvelle affaire Imbert.
Enfin, il sera possible d’avoir recours à une sédation longue et profonde dans les tout derniers moments de vie.

Au milieu du gué

Et pourtant, il n’y aura pas d’assistance active à mourir, euthanasie ou suicide assisté. La sédation profonde, systématiquement accompagnée de l’ar-
rêt des soins, de la nutrition et de l’hydratation, est en cela symptomatique de cette hypocrisie :
elle consiste en réalité à laisser les patients dépérir, et laissera bien des familles dans la souffrance. Le gouvernement, échaudé par le mariage pour toutes et tous, a été bien frileux : il a confié la question à un collège d’experts et à un panel de citoyens, comme s’il y avait urgence à ne pas faire de vagues.
Cette loi manque cruellement d’ambition en ce qui concerne plus largement l’accompagnement de la dépendance et de la fin de vie. Rappelons que seuls 20 % des patients qui auraient besoin de soins palliatifs y ont accès, dans des hôpitaux
débordés et formés à sauver, non à accompagner dans la mort. Alors que 70 % des français souhaitent mourir chez eux, rien n’est fait pour les accompagner et les soulager à domicile.
Voilà qui aurait, à coup sûr, amélioré le confort des malades en fin de vie.
On attendait plus que cela pour les patients et leurs proches.

Aurélia Sarrasin

Autres articles de la rubrique Articles parus dans l’US