Articles US MAG

AED : Suppressions inacceptables - L’US N° 731 - 1er Juin 2013

Les suppressions se confirment, de l’ordre de 2 000 AED. C’est indéfendable !
Bon nombre d’établissements vont être touchés, le SNES appelle l’ensemble des personnels et aussi les parents d’élèves à se mobiliser pour dénoncer ce revirement en totale contradiction avec les 2 000 postes créés à la rentrée 2012. C’est inacceptable pour un gouvernement qui a fait de l’emploi et de la jeunesse SA priorité.

Dans plusieurs académies, des suppressions de postes d’Assistants d’éducation (AED) sont annoncées par les rectorats : plus de 90 à Amiens, 106 à Aix-Marseille, 90 à Orléans-Tours, 189 à Versailles...

Le nombre de suppressions serait de l’ordre d’au moins 2 000 au niveau national, soit l’équivalent du nombre de postes que le ministère a créés à la rentrée 2012 dans le cadre des mesures d’urgence. Cela signifie que l’encadrement des élèves dans les établissements serait dégradé alors même que le nombre d’élèves à accueillir dans le second degré est en forte hausse (+ 35 000 élèves à la rentrée 2013).
De telles suppressions seraient en totale contradiction avec les engagements pris et renouvelés par le président de la République et le ministre de l’Éducation nationale d’augmenter le nombre d’enseignants et de personnels d’éducation dans les établissements durant le quinquennat.

INTERVENIR À TOUS LES NIVEAUX

Le SNES est intervenu au ministère dès qu’il a eu connaissance de ces projets et a dénoncé une décision « incompréhensible, indéfendable et inacceptable » qui, si elle se confirmait ne pourrait que conduire à une forte réaction des personnels.
À Amiens, où la suppression de tous les assistants pédagogiques était envisagée, la mobilisation immédiate des collègues a conduit le recteur à revoir partiellement sa décision en maintenant les postes dans les collèges ÉCLAIR, mais 90 postes sont toujours menacés.

Le ministère dément par une pirouette en indiquant qu’il ne s’agit pas de « suppressions d’emplois »... mais admet que les crédits d’intervention sur lesquels sont budgétés les AED « sont contraints ». En effet, ces crédits n’ont pas augmenté.
Or, c’est sur cette enveloppe que doivent être prises en compte une augmentation des crédits pour les élèves handicapés, une augmentation du nombre d’élèves boursiers et une augmentation du SMIC. Le nombre d’AED pouvant être rémunérés par les rectorats est donc en baisse pour la rentrée prochaine.

Le SNES appelle les personnels à intervenir à tous les niveaux pour obtenir du ministère un engagement clair de maintenir l’intégralité du potentiel d’AED et même de le renforcer au regard des augmentations d’effectifs prévues.

DÉJÀ DES ANNONCES DE SUPPRESSIONS D’AED INSUFFISANT :
Strasbourg : -53
Aix-Marseille : -106
Orléans-Tours : -90
Dijon : -25
Amiens : -80
Rouen : -123
Versailles : -189

Fabienne Bellin

Autres articles de la rubrique Articles US MAG