Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Pascale Thirode (France)

"Acqua in bocca" Sortie le 8 juin 2011

Pendant la seconde guerre mondiale, la Corse connaît un parcours singulier. Après avoir subi le sort de la zone libre en novembre 1942, elle est occupée par les italiens à la suite du débarquement allié en Afrique du Nord.
En octobre 1943, elle est le premier département français libéré et devient une base arrière du dispositif allié pour la libération de l’Europe du Sud.
C’est à Bastia, à cette époque, que vivait Paul Mariani, commerçant prospère, juge au Tribunal de Commerce, notable respecté avant qu’entre 1941 et 1944, son destin ne bascule.
Son existence de bourgeois actif mais paisible va croiser celle d’une aventurière dont il tombera amoureux et qui, dans le contexte de confusion qui sévit, va le conduire à sa perte.
Cette liaison sera fatale à sa réputation au point que, lorsqu’il disparaîtra, sa sépulture ne portera pas son nom.
Paul Mariani était le grand père de Pascale Thirode.
Depuis plusieurs années, celle-ci avait le projet de se rendre sur les lieux en Corse et d’essayer de lever le voile sur les actes dont il se serait rendu coupable, sur la malédiction qui a frappé l’homme, sur les réelles circonstances de sa mort
Le projet qu’elle s’était fixé irait jusqu’à la réhabilitation de son aïeul afin que, lavé de certaines accusations, il puisse bénéficier d’un vraie sépulture.
Or, si ces événements sont vieux de plusieurs décennies, le silence n’en reste pas moins de rigueur et "l’eau dans la bouche", l’acqua in bocca, qui empêche la parole, fait obstacle, faute de témoigner, au rétablissement de la vérité.

Pascale Thirode se heurte d’abord au mutisme de sa mère qui détient sans doute un certain nombre d’éléments utiles à son projet mais qui refuse d’être du voyage en Corse qu’elle voudrait avoir rayé de sa mémoire.
Elle se heurtera, au cours de ses investigations, au même silence quand elle interrogera les témoins vivants comme les cousins Bastien et Jean. Mais elle est tenace et déterminée et apprend la vérité par bribes, finit par découvrir que contrairement à ce qu’on lui a toujours dit, son grand père ne serait pas mort de maladie.
Mais la version retenue pour nourrir la légende familiale, selon laquelle il se serait donné la mort après avoir été arrêté à cause d’une femme, est-elle la vérité ?
L’aventure dans laquelle s’est lancée Pascale Thirode en compagnie de ses deux filles, une petite et une grande adolescente, est touchante d’obstination. La complicité qui lie cette mère et ses filles dans cette recherche acharnée est ce qui donne toute sa consistance au film.
Et il suffirait de suivre, au cours de longs plans, le parcours de la petite voiture sur les routes en lacets, pour prendre la vraie mesure de l’entreprise, l’authenticité et la sincérité profonde qui conduiront ou pas, partiellement ou totalement, au rétablissement de la vérité.
L’aventure corse qu’elles ont entreprise et à laquelle finira par se rallier la mère de la cinéaste, semble être une étape capitale dans la vie de ces trois femmes. Et l’on pourrait même aller, à mesurer leur détermination, jusqu’à dire qu’il s’agit pour chacune d’elles, à des degrés différents, d’un passage obligé pour accéder aux étapes suivantes de leur existence…
Le récit d’une belle aventure, singulière, généreuse et captivante.
Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Leçon de classes »
    Bratislava 1983. Au moment où le communisme s’achève. Maria Drazdechova, enseignante et membre du Parti, manipule sans états d’âme élèves et parents, pour tirer des bénéfices personnels de son pouvoir... Lire la suite (23 octobre)
  • "Corps et âme"
    Maria est la nouvelle responsable-qualité recrutée par une entreprise d’abattage de bêtes dont Endre est le directeur financier. Lorsque Maria, personnage inhibé et solitaire, voit apparaître en... Lire la suite (22 octobre)
  • « Brooklyn Yiddish »
    Menashé habite et travaille dans le quartier juif ultra orthodoxe de Brooklyn. Modeste employé dans une épicerie, il a du mal à joindre les deux bouts. Cependant, après la mort de sa femme, il... Lire la suite (22 octobre)
  • « Mémoires d’un condamné »
    Jules Durand, docker-charbonnier au port du Havre et syndicaliste modéré, est condamné à mort en novembre 1910 pour un crime qu’il n’a pas commis. « Le Dreyfus des ouvriers » sera innocenté par la cour... Lire la suite (21 octobre)
  • « Tous les rêves du monde »
    Pamela est une jeune fille portugaise de la deuxième génération. Elle vit en France et elle est parfaitement intégrée à la société française. Cependant, très attachée à sa famille restée fidèle à la... Lire la suite (20 octobre)