US 773 du 23 septembre 2017

Aix-en-Provence : Fainéants et cyniques

C’est le 36e élève à la mi-septembre qui, pour les collègues du lycée de Luynes, a fait déborder le vase… Lors de la prérentrée, ils apprennent, consternés, la disparition des huit emplois en CUI qui amènera un lycée de 1 600 élèves à assurer la surveillance dans l’établissement avec 2,5 AED par jour ! Le lycée ne sera plus à même d’ouvrir l’internat le dimanche soir. Il semble tout aussi illusoire de pérenniser les salles de travail surveillées, comme l’ouverture du foyer des élèves.

Mobilisation

Les sureffectifs des classes combinés à la perte de moyens humains ont déclenché un mouvement inédit dans l’établissement.

Il rassemble tous les corps de métiers de la communauté scolaire, des per­­sonnels TOS à la vie scolaire, en passant par les agents administratifs, tout cela dans une unanimité inconnue jus­qu’alors dans l’établissement.

Le mercredi 20 septembre, c’est donc l’ensemble des personnels de l’établissement qui a débrayé une heure durant en invitant les élèves à prendre place dans la cour de récréation sous l’œil des caméras. Parallèlement, une audience est demandée au rectorat afin d’obtenir des moyens humains pour assurer la sécurité. Les parents d’élèves, informés et associés depuis le début, soutiennent également la mobilisation et ont rejoint l’action.

Tout cela aurait pu être évité. Voilà des années que les autorités connaissent la situation démographique du bassin d’Aix-en-Provence et savent que les quatre lycées existants ne sont pas en mesure d’accueillir le surcroît d’élèves. Tandis que les classes à 36 voire 37 élèves se multiplient dans les établissements de la ville, une colère sourde enfle dans les salles des profs du pays d’Aix.

Des initiatives sont déjà en cours pour coordonner la lutte et accélérer autant que possible la construction, sans cesse différée, d’un nouveau lycée.

Les pouvoirs publics ont fait preuve de fainéantise en n’anticipant pas le gonflement des effectifs mais aussi de cynisme en jetant en pâture les élèves tout en comptant sur le professionnalisme et la bonne volonté des collègues.

Rodolphe Pourrade

Autres articles de la rubrique US 773 du 23 septembre 2017

  • Post-bac : Des places plutôt que le tri
    Le gouvernement martèle dans la presse que l’Université ne serait pas faite pour tout le monde... Omettant de parler des capacités d’accueil et de l’offre de formation ! Une concertation est... Lire la suite (5 octobre)
  • Enseigner sa discipline : Réfléchir avec le SNES-FSU
    Pour le SNES-FSU, la réflexion sur les savoirs enseignés, sur les programmes et les pratiques est un objet syndical. Attaché à l’enseignement des disciplines et à une interdisciplinarité qui se... Lire la suite (5 octobre)
  • Effectifs : Cote d’alerte dépassée
    Après une augmentation de 43 000 en 2016, le second degré enregistre une progression de 56 000 élèves à la rentrée. Une hausse qui se concentre sur deux niveaux, la Sixième et la Terminale. Résultat... Lire la suite (5 octobre)
  • Rendez-vous de l’Histoire de Blois
    Vendredi 6 octobre de 14 heures à 15 h 30, table ronde-conférence organisée par le SNES-FSU : « L’innovation comme enjeu de société : fonctions sociales, acteurs et conflits » (amphi 1 du site de la... Lire la suite (5 octobre)
  • Indigne
    Plusieurs enseignants ont signalé via les réseaux sociaux, dès la semaine du 11 septembre, l’existence d’un exercice de mathématiques inqualifiable dans le manuel TES/TL aux éditions Nathan 2017,... Lire la suite (5 octobre)