LV au lycée

BTS CI : modifications

cf. arrêté du 22/06/12 :

http://www.education.gouv.fr/pid255...

Comparaisons entre les deux arrêtés (ancien et nouveau) :

ancien nouveau
3 épreuves de langue, deux épreuves obligatoires et une facultative 2 situations d’évaluation : une à l’écrit, l’autre à l’oral
Coefficient 10 (U21 coef 5 U22 coef 5) Coefficient 10 (U21 coef 5 U22 coef 5)
Evaluation ponctuelle de l’écrit : 3h, coef 2 : compréhension, expression écrite, interaction écrite Evaluation ponctuelle de l’écrit : 3h, coef 2 : compréhension, expression écrite, interaction écrite
Contrôle en cours de formation :
3 situations d’évaluation :
- compréhension de l’écrit (1h30)
- production et interaction écrites (1h30)
- compréhension et production orales (20 + 20 min)
Contrôle en cours de formation :
2 situations d’évaluation :
- évaluation de l’écrit : durée 3h maxi :
compréhension : compte-rendu en français /
expression : rédaction sur un sujet /
interaction : lettre commerciale
- évaluation de l’oral : 15 + 30 min :
compréhension : compte-rendu en français /
production (EOC) : présentation d’un point d’intérêt /
production (EOI) : dialogue avec examinateur

Ce projet vise donc à regrouper en deux blocs les épreuves :

- un oral

- un écrit.

Ce qui pose problème, ce sont donc les modalités :

- pour les enseignants : comme jusqu’à maintenant, c’est aux enseignants de constituer les sujets et ça, les collègues n’en veulent plus (d’autant qu’ils auront aussi à le faire au Bac désormais !) :

« Nature des supports : Les documents enregistrés audio ou vidéo seront de nature à intéresser un étudiant de commerce international sans toutefois présenter une technicité excessive. On peut citer en exemple les documents relatifs à l’emploi (recherche, recrutement, relations professionnelles….) à l’environnement économique, à la vie en entreprise … Il pourra s’agir de monologues, dialogues, discours, discussions, commentaires de journaux télévisés, émissions de radio.
Il ne s’agira en aucune façon d’écrit oralisé ni d’enregistrements issus de manuels. On évitera les articles de presse ou tout autre document conçus pour être lus. En effet, ces derniers parce qu’ils sont rédigés dans une langue écrite compliquent considérablement la tâche de l’auditeur. De plus, la compréhension d’un article enregistré ne correspond à aucune situation dans la vie professionnelle. »

« Nature des supports : Les documents enregistrés audio ou vidéo seront de nature à intéresser un étudiant de commerce international sans toutefois présenter une technicité excessive. On peut citer en exemple les documents relatifs à l’emploi (recherche, recrutement, relations professionnelles….) à l’environnement économique, à la vie en entreprise … Il pourra s’agir de monologues, dialogues, discours, discussions, commentaires de journaux télévisés, émissions de radio. Il ne s’agira en aucune façon d’écrit oralisé ni d’enregistrements issus de manuels. »

- pour les candidats : il y a inéquité dès lors que la liberté des équipes de choisir le nombre de documents est possible (d’où le besoin de sujets nationaux, comme écrit précédemment). C’est le même problème que pour les nouvelles épreuves du Bac (nous devons donc être cohérents sur notre dénonciation de ces bricolages locaux qui entraînent une surcharge de travail) :

« Longueur des enregistrements : Leur durée n’excèdera pas trois minutes maximum. Le recours à des documents authentiques nécessite parfois de sélectionner des extraits un peu plus longs (d’où la limite supérieure fixée à 3 minutes) afin de ne pas procéder à la coupure de certains éléments qui facilitent la compréhension plus qu’ils ne la compliquent. Dans le cas de deux documents (longueur d’enregistrement maximale de 3 minutes pour les deux), on veillera à ce qu’ils soient de nature différente : dialogue et monologue. »

« Longueur des enregistrements : Leur durée n’excèdera pas trois minutes maximum. Le recours à des documents authentiques nécessite parfois de sélectionner des extraits un peu plus longs (d’où la limite supérieure fixée à 3 minutes) afin de ne pas procéder à la coupure de certains éléments qui facilitent la compréhension plus qu’ils ne la compliquent. Dans le cas de deux documents (longueur d’enregistrement maximale de 3 minutes pour les deux), on veillera à ce qu’ils soient de nature différente : dialogue et monologue. Il y aura deux passages du document sonore, eux-mêmes espacés de 2 mn. »

Autres articles de la rubrique LV au lycée