Actualité théâtrale

Jusqu’au 5 février au Théâtre 13

« Babacar ou l’antilope » Partenaire Réduc’Snes

Au début il y a un jeune homme, un Africain, qui court aussi vite qu’il le peut pour passer clandestinement la frontière qui le sépare de l’Europe. Mais échapper aux garde-frontières et à « l’homme fusil » ne suffit pas pour commencer une autre vie. Pourquoi quitte-t-il son pays, on ne le saura pas. Ce qu’on voit, c’est la violence à laquelle il est confronté, celle brutale de la police et celle plus insidieuse mais ravageuse des institutions, c’est le racisme de ceux qui lui parlent « petit-nègre » et ne peuvent même pas imaginer qu’il a fait des études. Sa route croisera celle de Salima, une Algérienne historienne et poète révoltée, qui comme Rimbaud a écrit des Lettres d’Abyssinie , et sur un quai de métro celle de Gina, qui sera sa Juliette.

Le texte de Sidney Ali Mehelleb passe du réalisme à la poésie. Dans le premier registre, on peut mettre le langage cru de Gina, jeune fille accrochée à sa console de jeux, la bureaucratie à laquelle se heurte Babacar dans sa quête de papiers, ou la violence policière. Mais on s’en éloigne aussi avec cette rencontre sur un quai de métro de Gina et de Babacar, modernes Roméo et Juliette et avec la présence récurrente d’un personnage un peu énigmatique, Monsieur H, incarnation de l’Histoire et du caractère répressif et souvent imprévisible des institutions. Tout n’est pas manichéen dans cette histoire. Les flics peuvent être violents et sadiques ou un peu poètes et compatissants. Salima, cultivée et poète, garde son humour caustique face à un éditeur assoiffé d’histoires qui font vendre. L’histoire est forte, même si la pièce gagnerait à être un peu raccourcie, débarrassée de scènes annexes comme cette trop longue citation de L’Avare de Molière.

Théâtre : Babacar

La mise en scène de l’auteur est forte elle aussi. La frontière est au centre du dispositif scénique : fils tendus à mi-hauteur qui cassent brutalement, lignes tracées sur le sol comme le grillage qu’il faut arriver à passer, comme les quais qui séparent Gina et Babacar, comme les lignes des pistes d’envol dans un aéroport. Les personnages sont tous sur scène, comme un chœur antique, assis dans des fauteuils à roulettes sur les côtés de la scène. Brusquement ils s’élancent se dressent, se lancent dans une chorégraphie à la violence désordonnée, brandissant des clubs de golf, comme les héros d’ Orange mécanique. Ils sont les Bouffons, ils interpellent « Approche, viens, t’as peur ? »

Mexianu Medenou est Babacar, jeune homme sûr de lui et frimeur, qui gagne peu à peu en sérieux et en gravité. Vanessa Krycève incarne Gina. Elle délaisse son langage cru et sa console de jeux où elle joue d’interminables parties de foot pour devenir une jeune femme qui tente de sauver son amour. Ils ont les élans de Roméo et Juliette et une énergie superbe. Fatima Soualhia Manet est Salima, proche de ses compagnons d’enfer et qui a perdu ses illusions. Nicolas Buchoux campe un Monsieur H, énigmatique et inquiétant.

Cette pièce vaut tous les documents sociologiques sur le monde où évoluent les sans-papiers, ces ombres que l’on croise tous les jours, sur toutes ces frontières absurdes, celles qui séparent les pays et celles que dressent les hommes entre eux. Mais elle est beaucoup plus car il y a dans l’écriture un souffle dramatique, une poésie violente et des images fortes qui resteront.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h, le dimanche à 16h

Théâtre 13 / Seine

30 rue du Chevaleret, 75013 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 45 88 62 22

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)