US Magazine 751 du 18 avril 2015

Bac 2015 : Délais de correction insuffisants

Chaque année, le mois de juin est l’occasion pour le SNES-FSU de réaffirmer son attachement au baccalauréat, à des épreuves nationales et terminales.

Une audience au ministère en novembre 2014 avait permis de dénoncer quelques problèmes liés à l’organisation (convocations simultanées BTS et bac) ou aux corrections (pressions hiérarchiques sur les correcteurs et examinateurs, disparités de rémunération d’une académie à l’autre...). Le Snes-FSU avait alors insisté sur la nécessité d’un véritable cadrage national afin de lutter contre des pratiques bien peu respectueuses des candidats comme des enseignants, et battant en brèche le principe d’égalité.

Égalité face à l’examen

Le ministère s’était alors engagé à rappeler à l’inspection et aux rectorats que les enseignants ne pouvaient pas être dessaisis d’une partie du processus de notation des épreuves, et à recenser les épreuves appelant indemnisation afin d’établir une norme qui s’imposerait à tous. La session 2015 s’ouvre cependant avec quelques inquiétudes liées notamment à un calendrier des épreuves écrites plus étalé. Celui-ci entraîne du même coup une réduction parfois importante des délais de correction, surtout pour les épreuves ayant lieu les 23 et 24 juin. Les sections académiques d’Île de France ont interpellé le service des examens et concours (SIEC) pour obtenir des aménagements de calendrier afin de permettre aux correcteurs de récupérer beaucoup plus rapidement leurs copies.

Accumulation des tâches

De même, la saisie des notes par les professeurs eux-mêmes devrait aboutir à gagner du temps pour les corrections et non l’inverse. Le 15 mai dernier, le SIEC s’est engagé par écrit à diminuer le nombre de copies par correcteur et, pour les SES en particulier, a avancé la date de retrait des copies afin de gagner une journée complète sur le calendrier.

Permettre aux enseignants examinateurs et correcteurs de faire leur travail dans de bonnes conditions et dans des délais raisonnables serait en effet le minimum.

Claire Guéville

Autres articles de la rubrique US Magazine 751 du 18 avril 2015

  • Le SNES-FSU présent à Blois
    COMME CHAQUE ANNÉE, le SNES-FSU organise un stage syndical national pour les adhérents professeurs d’histoire-géographie, dans le cadre des Rendez-vous de l’Histoire à Blois, du 8 au 10 octobre. Ce... Lire la suite (Juin 2015)
  • Des langues bien vivantes !
    ÉTRANGÈRES, RÉGIONALES, ANCIENNES... Les enseignants de langues vivantes étrangères et régionales, et ceux de langues anciennes sont particulièrement engagés dans la lutte contre la réforme du collège.... Lire la suite (Juin 2015)
  • Chorale : à quelle sauce à la rentrée ?
    De nouveaux textes(1) entrent en vigueur dès la rentrée 2015 : l’heure de chorale effective sera prise en compte dans le service des enseignants. En complément, un allégement de service ou une IMP(2)... Lire la suite (Juin 2015)
  • Missions particulières : hiérarchies intermédiaires ?
    Le décret définissant nos obligations de service instaure les « missions particulières ». Attribuées sur la base du volontariat, ces missions reprennent les missions de gestion des cabinets... Lire la suite (Juin 2015)
  • ORS : Vigilance lors des conseils d’enseignement
    À la rentrée 2015, entrera pleinement en vigueur le décret 2014-940 définissant nos obligations réglementaires de service. Reprenant les principes fondateurs des décrets de 1950, en particulier la... Lire la suite (Juin 2015)