US 756 du 14 novembre 2015

Bac : surtout pas comme ça !

Un décret publié au BO du 29 octobre 2015 « étend le bénéfice de la conservation des notes à tous les candidats à l’examen des baccalauréats général et technologique pendant les cinq sessions suivantes ».

La nouvelle mesure entre en vigueur pour les élèves ayant échoué au bac 2015. Elle est articulée au droit de redoubler dans son établissement d’origine, selon des « modalités adaptées ».

Sans cadrage, sans moyens supplémentaires et dans la précipitation, le ministère renvoie au local la mise en œuvre de ces mesures. Les établissements devront d’ores et déjà décider si les élèves qui conservent leur note, sont ou non dispensés du cours correspondant. Est-ce bien sérieux d’imposer ainsi un tel dispositif en pleine période d’inscription aux examens, sans information préalable ni anticipation ?

La situation est inextricable : des élèves obligés de suivre des cours pour une épreuve qu’ils ne passeront pas risquent d’être fort peu motivés, alors que les moyens pour les accompagner ne sont pas prévus. Dans le cas contraire, le risque d’une scolarité en pointillé est grand… et celui du décrochage n’est pas loin non plus, à l’inverse de l’objectif affiché ! On voit poindre ici les risques d’un « lycée à la carte » lourds de conséquences en terme de désorganisation potentielle des établissements et des classes. On peut aussi craindre pour la poursuite d’études de ces futurs bacheliers dont la scolarité en ­Terminale aura été incomplète.

Pas de redoublements sans moyens

Le SNES-FSU était au contraire partisan de combiner la possibilité de conserver ses notes avec l’obligation de suivre tous les cours lors du redoublement. L’élève redoublant aurait alors repassé toutes les épreuves, et l’administration n’aurait conservé que la meilleure des deux notes, proposition refusée par le ministère. Comment comprendre un tel entêtement ? Serait-ce une façon de ne pas mettre les moyens nécessaires pour assurer dans de bonnes conditions le droit au redoublement des lycéens en Terminale, moyens, qui chaque année, manquent cruellement ?

Claire Guéville

Autres articles de la rubrique US 756 du 14 novembre 2015

  • Second degré : un ensemble cohérent
    Si le SNES-FSU est attaché à l’unité du second degré, que le gouvernement s’ingénie pourtant à détricoter, ce n’est pas par corporatisme. C’est avant tout parce que de nombreuses études scientifiques... Lire la suite (Novembre 2015)
  • Histoire-géo en TS : pétition
    Les enseignants d’histoire-géo en Terminale S ont constaté l’an dernier qu’il était impossible de « boucler » le programme dans des conditions acceptables. Le rythme imposé par l’accumulation des... Lire la suite (Novembre 2015)
  • EMC et dérapages
    Les sites académiques de Clermont, Rennes, Nice se sont illustrés ces dernières semaines par la mise en ligne de propositions de séquences d’EMC particulièrement problématiques : jeu de rôles douteux... Lire la suite (Novembre 2015)
  • Grève au lycée : Maximilien-Perret (Alfortville)
    À l’appel d’une intersyndicale, les enseignants sont dans l’action avec une grève reconductible. Ils ont demandé une audience au rectorat, dénonçant une rentrée chaotique, une dotation horaire... Lire la suite (Novembre 2015)
  • Carte des langues vivantes : une nouvelle provocation !
    Dans le cadre de la grande mise en conformité avec la réforme du collège, une circulaire à destination des recteurs leur demande de mettre à jour les cartes académiques des Langues vivantes étrangères... Lire la suite (Novembre 2015)