US 763 du 11 juin 2016

Baccalauréat : organisation sous tension

Tenant compte des « problèmes climatiques et du climat social », la ministre de l’Éducation nationale a promis aux familles des candidats aux examens la bienveillance en cas de retard aux épreuves. Pourtant, il faut constater que nombre de problèmes sont ailleurs et ne datent pas de cette année ! Malgré les promesses de la DGESCO et les engagements des services concernés, la convocation des examinateurs et des correcteurs est toujours problématique dans plusieurs académies et particulièrement en Île-de-France. Beaucoup d’enseignants ignorent encore s’ils sont convoqués ou pas, ce qui complique sérieusement l’organisation locale des surveillances d’épreuves. Le SNES-FSU est intervenu à plusieurs reprises auprès de la mission de pilotage des examens et continuera à le faire pour débloquer des situations mettant à mal l’acte professionnel que constitue l’évaluation certificative.

Autres articles de la rubrique US 763 du 11 juin 2016

  • Redoublement : La fin sans les moyens
    En collège comme en lycée, le redoublement devient désormais l’exception. Le décret de novembre 2014 précise qu’il ne peut être proposé que pour « pallier une période importante de rupture des... Lire la suite (21 juillet)