Actualité théâtrale

Jusqu’au 17 janvier au Théâtre du Rond-Point

« Bigre » Mélo burlesque

Sans que la moindre parole soit prononcée, Pierre Guillois qui nous avait déjà régalés en 2012 avec Le gros, la vache et le mainate , progresse encore dans le burlesque pour cette tragi-comédie à trois personnages. Dans deux chambres de bonnes exiguës et contiguës vivent un geek tout en rondeur (Olivier Martin-Salvan), qui a organisé sa chambre en un espace zen très blanc et très vide et un baba-cool bordélique (Pierre Guillois), qui dort dans un hamac et avale des biscuits bio. Quand surgit une jeune femme blonde, en bermuda blanc et talons hauts, un bocal à poisson rouge dans les bras (Agathe L’Huillier), qui s’installe dans la troisième chambrette rose et cosy, les cœurs battent un peu la chamade.
Théâtre : Bigre
Tous trois sont les auteurs de la pièce et ils ont beaucoup improvisé pour écrire l’histoire de ces trois là, qui ratent tout et subissent toutes les catastrophes domestiques envisageables. Dans cet espace confiné où l’on partage les chiottes et les bruits qui vont avec, la radio du voisin et le bruit des objets jetés dans le vide-ordures et qui semblent dévaler des centaines d’étages, tout part en vrille. La tempête s’en mêle entraînant les moumoutes et les soutiens-gorge. L’opposition entre le rond Olivier Martin-Salvan, arrivant avec son costume et un casque de moto sur la tête et le long Pierre Guillois, lunettes sur le nez, tignasse et barbe embroussaillées, sorte de Buster Keaton paumé, provoque immédiatement le rire. La promiscuité des chambres de bonnes est une source de situations hilarantes avec la fermeture du placard chez l’un qui entraîne l’ouverture du même placard chez l’autre. Les objets leur échappent, semblent prendre une vie propre. Leur maladresse provoque des catastrophes et les malentendus s’accumulent. Sans cesser de nous faire rire, ces trois paumés ont quelque chose d’émouvant. Elle, par exemple, se lance armée d’un livre dans des activités diverses, qu’elle teste sur ses voisins et qui tournent invariablement au désastre. Qu’elle se lance dans la coiffure et ce sont les cheveux du voisin qu’elle enlève avec les bigoudis, dans les prises de sang et celui-ci coule en flot ininterrompu, sans parler de ses efforts pour se lancer dans le massage qui laisse l’autre voisin coincé et grinçant comme une vieille porte rouillée.

Pierre Guillois, Agathe L’Huillier et Olivier Martin-Salvan sont extraordinaires. Ils dansent dans trois mètres carrés comme sur un dance-floor, se glissent dans leur chambrette, annexent le toit. Ils multiplient les gags visuels et sonores sans qu’aucun mot ne soit échangé. Ils font feu de tout bois. On s’étrangle de rire, mais dans un petit coin de notre cerveau il y a aussi beaucoup d’émotion face à leur solitude et à leur besoin d’amour et d’amitié et on passerait bien la nuit à rire avec eux.

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 15h, le 31 décembre à 18h30

Relâche les lundis, le 25 décembre et le 1er janvier

Théâtre du Rond-Point

2 bis avenue Franklin D. Roosevelt, 75008 Paris

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 44 95 98 21

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)
  • « Mme Klein »
    À Londres en 1934, Mélanie Klein, que l’on peut considérer comme l’une des premières psychanalystes pour enfant dans les années 1920, vient d’apprendre la mort de son fils Hans à Budapest. Naturalisée... Lire la suite (9 octobre)
  • « Non, c’est pas ça ! (Treplev Variations) »
    Ils sont trois sur scène, une femme et deux hommes, ils devaient être treize et jouer La mouette , mais l’un d’eux, le metteur en scène probablement, s’est suicidé. Ils ont décidé de continuer le... Lire la suite (7 octobre)