Actualité théâtrale

Jusqu’au 15 octobre au Théâtre du Petit Saint-Martin (Paris)

« Brasseur et les enfants du paradis »

Hiver 1943, Prévert, Carné, Kosma et Trauner sont réfugiés en Provence dans une maison louée par Prévert à Tourettes-sur-Loup. La menace les entoure, les Allemands sont entrés en zone Sud. Kosma et Trauner sont Juifs et à Carné le journaliste collabo Rebatet reproche d’avoir « réussi grâce à la juiverie ». C’est là qu’en six mois, tous les quatre vont imaginer, écrire, composer musique et décors pour Les enfants du paradis. Présenté à Paris à la Libération, le film aura un accueil triomphal.
Alexandre Brasseur, le petit-fils de Pierre Brasseur, génial interprète de Frédéric Lemaître dans le film, a eu l’idée de faire revivre les difficultés de la création et du tournage de ce film mythique pendant l’occupation. Carné et Prévert sont partenaires, mais pas vraiment amis. Prévert, un peu anarchiste, est attaché à sa liberté, Carné est plus craintif et se demande comment pactiser pour pouvoir faire le film, sans collaborer. Trauner et Kosma craignent chaque jour d’être découverts, faut-il partir, s’engager dans la Résistance, se cacher ? Et puis il y a Arletty, libre comme la Garance du film, amoureuse d’un bel officier allemand, qui passe au Prieuré comme Pierre Brasseur, qui rêve d’un texte qui magnifiera l’acteur « grandiose comme à l’ordinaire » qu’il se sait être.
culture/théâtre
Daniel Colas a écrit le texte de la pièce. C’est parfois un peu convenu (« Le théâtre, c’est beau parce que c’est éphémère »), mais les choix moraux qui hantaient les protagonistes sont bien posés. Il a aussi mis en scène la pièce. On peut ne pas être convaincu de la nécessité de la présence d’un modèle nu et muet (certes fort jolie), auquel s’adresse Pierre Brasseur pour évoquer Arletty. Il y a surtout Alexandre Brasseur, qui rend un très bel hommage à son grand-père et au film. Il est Pierre Brasseur, qui parle de lui, d’Arletty, des difficultés du film, mais il incarne aussi Prévert, Carné et même Arletty, insolente et drôle. Il fait revivre des dialogues du film y mêlant ceux entre les acteurs. Il offre ainsi un bel hommage au théâtre et aux acteurs.
Micheline Rousselet

Samedi 24, mardi 27 et jeudi 29 septembre à 19h. Autres dates sur le site
Théâtre du petit Saint-Martin
17 rue René Boulanger, 75010 Paris
Infos et location en ligne
Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le dernier chant »
    Tchekhov connaissait bien les acteurs et les actrices et il les aimait. Il n’ignorait rien de leur besoin de reconnaissance, de leur désir de briller, rien non plus de leurs fragilités, l’angoisse... Lire la suite (20 avril)
  • « L’histoire d’une femme »
    Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone... Lire la suite (15 avril)
  • « Michael Kohlhaas »
    De Heinrich von Kleist, ce jeune auteur mort suicidé à 34 ans en 1811, c’est peut-être ce portrait d’un homme dressé dans un seul but, obtenir justice et que la loi s’applique aux puissants comme aux... Lire la suite (12 avril)
  • « Ici, il n’y a pas de pourquoi »
    Un homme est arrêté, transporté comme du bétail et incarcéré dans un camp. Mis à nu, tondu, tatoué, on lui enlève tout, même son nom, il n’est plus qu’un numéro qui ne porte la trace que de la date de son... Lire la suite (12 avril)
  • « Voltaire Rousseau »
    1765, Voltaire est à Ferney, tout près de Genève, lieu qu’il a choisi car il peut ainsi aisément passer de France en Suisse au gré de sa situation. Rousseau, chassé de Suisse, lui rend visite dans le... Lire la suite (10 avril)