Autour du Jazz

« Breitenfeld », Pierre Fénichel trio Hommage vivant

Titrer un album « Breitenfeld » tient de la gageure. D’autant que, si vous n’ouvrez pas le « digipack » - un mot curieux, n’est-il pas ? – vous ne savez pas quelle sauce musicale vous allez goûter. La page 4 de couverture, soit l’envers du CD, donne une indication précieuse. Quelques titres titillent l’oreille : « The Duke » - et vous pensez à la rencontre Miles Davis/Gil Evans, vous n’avez pas tort -, « Emily » évoquent un vague souvenir. Plus important, « Toutes compositions Dave Brubeck », incite à s’interroger.

Jazz : Pierre Fénichel

Pierre Fénichel, contrebassiste et arrangeur pour l’heure, a voulu rendre vivant un couple étonnant et un peu renversant, Dave Brubeck, compositeur de toutes les métriques étranges et son saxophoniste alto d’ami, Paul Desmond, celui par qui le scandale du succès est arrivé. C’est Paul et non Dave l’auteur de ce « Take Five » de renommée mondiale, un thème inhabituel dans cette fin des années 50, tellement qu’une partie des « vieux » musiciens refusera de faire l’effort de pénétrer dans ce nouvel univers. Pour dire que l’entrée dans la modernité sépare les générations. La facilité apparente de ce thème a suscité bien des ambiguïtés. Le reproche de « commercial » a été rapidement accolé à toute cette musique. Breitenfeld – le nom d’état civil de Paul Desmond – ne méritait pas autant d’honneurs ni d’indignités. Le Paul savait franchir tous les monts sans apparaître fatigué, accoudé qu’il était au piano de Dave, un verre de whisky virtuel à la main. Il savait faire surgir de son saxophone un son à nul autre semblable même si l’influence profonde de Johnny Hodges réapparaissait de ci de là.

« Breitenfeld » est, bizarrerie supplémentaire, le disque d’un trio et un trio étrange. Contrebasse/batterie/guitare. Pierre Fénichel s’est adjoint le batteur Cédric Bec pour lui faire jouer des métriques inspirées de celle de Brubeck sans que ce soit totalement celles de Brubeck et encore moins celles de Paul – l’arrangeur s’est refusé « Take Five » - et un guitariste, Alain Soler, de ceux qui voudraient élargir les horizons en dynamitant toutes les traditions. Le résultat : un vent frais, celui de la mémoire du jazz, mémoire en activité pour tisser les liens entre passé et futur. Une manière de servir et de se servir des compositions de Brubeck – ce n’est pas la première fois pour ces musiciens – pour exprimer leur propre conception tout en faisant la démonstration qu’on aurait tort de sous estimer ou même d’ignorer cette partie du jazz.

Les références sont nécessaires, les compositions anciennes peuvent devenir des véhicules de la créativité à condition de les bousculer, de les faire renaître. Ces trois là s’y emploient avec un enthousiasme qui fait plaisir à entendre. Ce trio fait sonner un « Dave Brubeck quartet » original. Il sait faire entrer – et ce n’est pas facile – quatre dans trois. Cette réduction est un élargissement. Il apparaît que ces compositions, pas très connues pour l’essentiel – Pierre Fénichel explique ses choix dans des notes de pochette -, demandent à être (re)découvertes. Une écoute qui permet à la fois de rencontrer Dave et Paul mais aussi de faire ressortir la nouveauté de ce trio.

Rendre hommage est difficile. Trop souvent, cet exercice est conçu comme la copie du passé. Pourtant une des grandes leçons de la tradition du jazz c’est « Je t’aime, je te respecte mais, pour te rendre hommage et hommage à ton influence, je ne te copie pas ». Un adage qui est ici respecté.

Nicolas Béniès .

« Breitenfeld », Pierre Fénichel trio, label Durance/Orchêstra International

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • « Golan, Al Joulan »
    Un groupe qui prend comme nom « Golan » ou « Al Joulan » en arabe fait clairement référence à ces populations syriennes et druzes habitant sur le plateau pour affirmer, quelle que soit l’intention de... Lire la suite (30 novembre)
  • « Regards de Breizh »
    Deux compositeurs ou metteurs en images se partagent cet album qui se veut tout autant une ode à la Bretagne, terre de naissance, et au jazz, à l’enfance disparue et à la musique de demain sinon... Lire la suite (30 novembre)
  • « Eisler explosion »
    Das Kapital est, normalement, un trio. Daniel Erdmann aux saxophones, Hasse Poulsen à la guitare et Edward Perraud à la batterie explosive, construisent une musique qui sait parler de mémoires, la... Lire la suite (29 novembre)
  • « Freedom, Now ! »
    Un groupe qui s’appelle « Free Human Zoo » et qui se permet de pratiquer l’oxymore : un zoo en liberté, est-ce un zoo ? Est-on en liberté dans un zoo ? ne peut pas être fondamentalement mauvais ou... Lire la suite (29 novembre)
  • « Almot Wala Almazala »
    La Syrie est sous les bombes. Encore et encore… L’opposition démocratique a fait sienne ce slogan, la mort plutôt que l’humiliation, « Almot Wala Almazala » dans l’original et qui sert de titre à cet... Lire la suite (28 novembre)