actualités

CINE LYCEE : un dispositif de la réforme du lycée

REFORME DU LYCEE : Le dispositif CINE LYCEE

Le Président de la République, nostalgique de l’époque où il était lycéen et où existaient des ciné-clubs, a mis en place précipitamment et sans aucune concertation, un dispositif CINE LYCEE à la rentrée 2010. "Nous allons créer, dans chaque lycée, un équivalent moderne de ce qu’on appelait, autrefois, les ciné-clubs. C’est un domaine qui me tient particulièrement à cœur. Deux cents grands classiques du cinéma mondial seront disponibles et constitueront la vidéothèque de base de chaque lycée".

Ce dispositif a été lancé mardi 05 octobre 2010 à l’occasion d’une visite au lycée Jean Baptiste Corot de Savigny sur Orge (qui s’est vu doté à cette occasion d’un tableau numérique interactif géant !).
Il est un des éléments de la « réforme du lycée ».

Voir à ce sujet :

Le dispositif devait être mis en place dans les lycées sur la base du volontariat d’un professeur entouré de cinq élèves. Une salle équipée d’un ordinateur relié à internet et d’un vidéoprojecteur était la seule condition requise. Un questionnaire adressé aux établissements au printemps 2010 recensait les équipements et les enseignants volontaires pour accueillir le dispositif, et en cas de refus une réponse motivée était exigée.

Les résultats de cette enquête ne sont pas connus, mais le dispositif semble maintenant avoir été étendu à l’ensemble des lycées de France. Un site a été créé pour Ciné-Lycée : http://cinelycee.fr/

L’accès au dispositif nécessite la création d’un compte. (Seules les adresses professionnelles académiques sont acceptées).

Questions soulevées

L’accès libre et gratuit à un corpus de 200 films du patrimoine cinématographique au sein des lycées pose toute une série de questions, en particulier à cause de l’existence des dispositifs « Lycéens au cinéma » et des options « Cinéma et audiovisuel » qui fonctionnent grâce à un partenariat avec une salle de cinéma.

Pour le SNES, les problèmes posés par l’installation précipitée de ce nouveau dispositif sont nombreux :

  • Fragilisation des dispositifs existants, notamment Lycéens et Apprentis au cinéma.
  • Ecole repliée sur elle-même alors que le choix avait été fait précédemment d’emmener les élèves fréquenter les salles de cinéma, lieu naturel de diffusion des films.
  • Absence de formation pour les enseignants volontaires pour animer ces cinéclubs, contrairement aux enseignants qui encadrent « Lycéens au cinéma ».
  • Absence totale de concertation des partenaires institutionnels des dispositifs déjà existants.
  • Fragilisation des salles de cinéma classées « Art et essai » et « Recherche » ainsi que des petits distributeurs de films qui prennent des risques et qui comptent sur un public scolaire.
  • Choix du catalogue de 200 films laissé à l’appréciation de France télévision.

Les partenaires culturels ont réagi très vivement à la suite de cette annonce qui a été faite sans concertation du ministère de la Culture et du CNC.
La réaction du BLAC (Bureau de Liaison de l’Action Culturelle*), qui rassemble réalisateurs et exploitants de salles, a été rendue publique lors du Festival de Cannes 2010.

* Le collectif national de l’action culturelle cinématographique et audiovisuelle s’est constitué en janvier 2008 autour d’un manifeste : “Cinéma et audiovisuel, vers le démantèlement de la diversité culturelle”. Ce manifeste réunissant 372 structures, sur tout le territoire français, se faisait l’écho des inquiétudes de très nombreux professionnels du secteur quant à l’existence et au développement de l’action culturelle en 2008 au regard des décisions politiques et budgétaires actuelles.

Pour le SNES, l’émancipation des jeunes passe par une politique volontariste en matière d’accès à la culture.
Le SNES soutient le principe d’un accès libre et gratuit à la culture et aux arts, pourtant, il ne saurait se satisfaire de ciné-lycées
- sur le fond, car les conditions de sa mise en place mettent péril des dispositifs existants ;
- sur la forme : aucun financement des équipements nécessaires n’est prévu. La création d’une salle de vidéoprojection relève de la volonté et du budget propre de l’établissement. L’effet d’annonce cache la grande disparité des équipements audiovisuels et informatiques des EPLE.

Dans notre société, l’accès au théâtre, au cinéma, aux musées, aux concerts est lié au revenu, au lieu d’habitat et, toutes les études le montrent, au capital culturel de la famille. L’accès à la culture théâtrale, cinématographique, musicale, artistique, à la danse, passe par un apprentissage. Sinon, on reproduit ces inégalités de capital culturel.

Il faut du temps, des contenus, des programmes, des conditions de travail adéquates, pour permettre à tous les élèves et notamment aux plus éloignés de la culture artistique pour parvenir à cet objectif. L’école a un grand rôle à jouer dans cette démocratisation de l’accès aux pratiques artistiques et culturelles.

Ainsi, au lycée le nombre d’options artistiques devrait être multiplié, la série L-arts développée, et les dispositifs artistiques complémentaires qui fonctionnent bien, développés. Or, les choix actuels du ministère font craindre, au contraire, une diminution drastique de l’accès aux arts et à la culture aussi bien en ce qui concerne les enseignements qu’en ce qui concerne les dispositifs artistiques complémentaires

Suzanne Dené - Sandrine Charrier - Valérie Sipahimalani

Pièces jointes

  • L’appel de Cannes
  • Le courrier du BLAC (Bureau de Liaison de l’Action Culturelle) à Luc Chatel du 5 juillet 2010
  • La fiche descriptive de Cine-Lycée
  • Le communiqué de presse du BLAC
  • L’article de Jean-Michel Frodon (ex-critique au journal Le Monde, ex-directeur des Cahiers du cinéma, bloggeur de Projection publique sur slate.fr) « La poudre aux yeux » de « Ciné-Lycée »
  • Un modèle de contrat de vente de droits à France Télévision (3.250 € par titre de film pour une durée de 3 ans)
  • Les conditions générales d’utilisation de la plateforme cine-Lycée

Les derniers articles de la rubrique « actualités »

  • SUPPRESSION de CULTURE LYCEE

    La plateforme CULTURE LYCEE a été définitivement arrêtée le 01 juillet 2013.
    économie réalisée : 2,5 millions d’euros, sans doute attribués désormais aux parcours artistiques et culturels.

    Novembre 2013
  • La fin de CULTURE LYCEE ?

    REFORME DU LYCEE : Le dispositif CINE LYCEE, renommé CULTURE LYCEE après l’élargissement de son offre de programmes, remis en question par un rapport de l’Inspection générale.
    Lancée en octobre 2010, la plateforme de téléchargement des programmes audiovisuels destinée aux établissements scolaires arrive au terme de son contrat de 3 ans avec France Télévisions en juin 2013.
    Un rapport conjoint IGEN / IGAENR commandé par le Ministre de l’Education Nationale à Patrick Laudet et Jean-Marc Goursolas, publié (...)

    Avril 2013
  • L’analyse du SNES sur les nouvelles épreuves du Bac en cinéma et audiovisuel à partir de 2013

    Les épreuves de spécialité en série L du baccalauréat à compter de la session 2013 ont été publiées au Bulletin Officiel n° 14 du 05 avril 2012.
    Des annales "Zéro" ont été mises en ligne sur Eduscol le 06 juin 2012.
    Les modifications proposées par le SNES au projet initial (voir les amendements demandés dans notre article du 13 septembre 2011) ont été prises en compte de manière extrêmement marginale.
    Les nouvelles épreuves viennent d’être publiées au BO avec leurs sujets "zéro", mais ne donnent toujours (...)

    Juillet 2012
  • Certifications complémentaires en arts

    L’arrêté et la circulaire d’ouverture des registres d’inscription concernant l’examen de la certification complémentaire session 2012 ont été publiés pour les 3 académies d’ile de France.

    Novembre 2011
  • Les propositions du SNES sur le projet de nouvelles épreuves écrites du Bac à partir de 2013

    Les épreuves de spécialité en série L du baccalauréat à compter de la session 2013 ont été communiquées aux organisations syndicales.
    Les enseignants n’ont pas été consultés sur ces modifications importantes, ce qui est particulièrement problématique.
    Les projets de nouvelles épreuves sont consultables ici :
    Epreuves de spécialité - texte 1
    Epreuves de spécialité - texte 2
    ATTENTION : il y a 2 textes différents !
    Le SNES a néanmoins étudié ces projets et proposé des amendements.
    Télécharger la (...)

    Septembre 2011

Mots-clés