COTE D’IVOIRE

COTE D’IVOIRE : vers des élections professionnelles, enfin ?

En Côte d’Ivoire, comme dans la plupart des pays d’Afrique francophone, nul ne connaît le poids réel de chaque organisation syndicale. Le SNES-FSU, avec la Centrale des Syndicats du Québec, a organisé un atelier sur cette question les 6 et 7 janvier 2016 à Abidjan, avec quinze militants ivoiriens, de cinq syndicats.

Dans les années 90, la fin du parti unique a suscité la création d’une kyrielle de partis. Les syndicats ont suivi le même processus : aujourd’hui, dans l’Education, il existe une centaine d’organisations ! Conséquence, les collègues ne font plus beaucoup confiance aux syndicats. Et d’autre part, comme l’a exprimé le représentant du ministre de l’Education Nationale et de l’Enseignement Technique à l’ouverture de l’atelier : « le dialogue social est difficile voire impossible ». Le représentant du ministre de l’Emploi, des Affaires Sociales et de la Formation Professionnelle ajoutant : « il est important que les élections sociales puissent se dérouler cette année ».

JPEG - 554.4 ko

Les expériences des syndicats français et québécois, tout à fait différents, ont alimenté les échanges avec l’ensemble des cinq syndicats ivoiriens de l’IE, regroupés dans l’IESCI (Internationale de l’Education Section Côte d’Ivoire). L’objectif était de recenser les enjeux d’un scrutin dans l’Education et de formuler des propositions aux ministres : qui pourra voter ? où organiser le vote ? comment assurer son bon déroulement ? sur quelles bases appeler à voter ? quelles commissions de dialogue créer sur la base des résultats ? quelles contreparties demander en termes de moyens syndicaux ? La nécessité de réfléchir dès maintenant à des alliances a également émergé.

JPEG - 438.2 ko

Les syndicats présents ont décidé d’organiser, avec le soutien du SNES-FSU et de la CSQ, une tournée dans le pays pour sensibiliser les collègues, au moyen d’un dépliant, à l’intérêt d’élections professionnelles. En parallèle, les syndicats de l’IESCI vont devoir convaincre les autorités de tenir bon face aux syndicats qui estiment que les élections sociales ne sont vraiment pas une priorité...

Florian Lascroux

JPEG - 709.2 ko