Éditos

Cacophonie

À mesure que l’on approche des échéances de l’élection présidentielle, un scrutin dont on connaît la portée dans la vie politique française, les inquiétudes croissent quant aux postures et aux programmes des candidats.

Le Front national s’est fait jusque-là plutôt discret, tapi dans l’ombre, en laissant s’écharper les autres candidats, certains reprendre à leur compte les thématiques xénophobes et identitaires. La gauche offre le spectacle d’une extrême division, voire d’une fracture pour le Parti socialiste, embarrassé par la victoire de Benoît Hamon aux primaires, et tenté, pour plusieurs de ses membres, par l’aventure Emmanuel Macron. Quant à la droite, elle voit aujourd’hui son candidat, François Fillon, qui s’était lui- même dressé en paragon de vertu, éclaboussé par les révélations du Canard Enchaîné sur le Pénélope Gate et des rémunérations extravagantes sinon indues. Pourtant la période devrait être un moment de débat, de propositions, pour des alternatives à une politique d’austérité mise en place en Europe et pour penser un modèle de progrès social pour tous.

Les Français manifestent beaucoup de défiance vis-à-vis du personnel politique mais expriment leur intérêt pour le débat public et le vote. Travaillons avec toutes les forces progressistes au renouveau de notre vie démocratique.

Autres articles de la rubrique Éditos

  • Une priorité : barrer la route au FN dans les urnes
    Pour la deuxième fois en quinze ans, la France voit arriver au second tour de l’élection présidentielle un candidat du FN. Cette situation en dit long sur l’état de notre société, la hauteur des... Lire la suite (27 avril)
  • S’abstenir de ne pas voter
    L’épilogue des primaires, le désenchantement consécutif aux choix du dernier quinquennat, le poids grandissant du Front national, tout concourt à donner à la présidentielle de 2017 une couleur... Lire la suite (7 avril)
  • Du bon usage des sondages
    Les sondages ne sont pas une science exacte. Or, la chronique récente sur France Inter de l’ineffable Dominique Seux, connu pour son ardeur à défendre le libéralisme, offre un nouvel exemple de ce... Lire la suite (24 mars)
  • Démissions : une alerte à prendre au sérieux
    Le nombre global d’enseignants démissionnaires a doublé en 4 ans ; le phénomène touche enseignants titulaires comme stagiaires. Certes, rapporté à l’ensemble des enseignants, la proportion demeure faible... Lire la suite (5 janvier)
  • Solidarité Turquie
    Quand cesseront les purges qui affectent depuis le coup d’état avorté, près de 93000 employés du secteur public en Turquie ? A ce jour, on estime à 38300 le nombre de personnels de l’éducation... Lire la suite (Novembre 2016)