Actualité théâtrale

Jusqu’au 27 mars, certains jours au Théâtre de La Girandole à Montreuil

« Cadres noirs » Le 1er et le 2 avril à l’ECAM-Théâtre du Kremlin-Bicêtre

Il s’appelle Alain Delambre. Il était un brillant DRH jusqu’au jour où, à la faveur de la reprise de son entreprise par un groupe belge, il a été licencié. La cinquantaine passée, les offres d’emploi n’abondent pas. Sa femme et ses filles le soutenaient, mais il ne supportait plus le chômage. Il a fini par accepter un petit boulot où il met en carton des médicaments pour un salaire de misère jusqu’au jour où, au « coup de pied au cul » que lui a donné son contremaître, il a répondu par un « coup de boule ». Licencié, il désespère et là, miracle, un chasseur de tête le recrute. Il doit mener un test diabolique pour choisir parmi cinq cadres celui qui conservera son poste. Ce sera celui qui aura les nerfs assez solides pour mener à bien le licenciement de 2400 salariés de l’entreprise.
« Cadres noirs » est un polar de Pierre Lemaitre. Comme dans « Au revoir là-haut » qui a eu le Goncourt en 2013, l’auteur y crée des situations fortes où les hommes se débattent pour conserver leur humanité, leur dignité, leur force morale dans un moment de crise. On reçoit son écriture comme un coup de poing et pourtant dans cette tragi-comédie humaine, l’humour a toujours sa place.
Luc Clémentin, qui avait mis en scène la pièce en alexandrins de Frédéric Lordon sur la crise financière, « D’un retournement l’autre », s’est tout naturellement intéressé à ce polar de Pierre Lemaitre. Il y trouvait le même besoin de réfléchir à ce monde malade d’un capitalisme brutal et cynique. Une phrase de la pièce évoque bien l’engrenage auquel peut conduire le chômage de masse. Á sa femme qui lui disait « Je m’en fous d’être pauvre, mais je ne veux pas être sale », le héros répond « C’est le système, pas les chômeurs, qui est sale ».
Théâtre : Cadres noirs
Luc Clémentin est Alain Delambre. Dans la petite salle où les spectateurs sont autour de lui, il leur raconte son histoire. Il se lève, il s’assied, il marche. Il évoque ses doutes, son désespoir, ses espoirs aussi. Il allume parfois un écran où s’affichent des mails, l’organigramme de l’entreprise, les modalités prévues de l’opération de sélection. Seul un batteur, Olivier Robin, dialogue avec lui. Sa musique renvoie au désordre qui habite l’esprit du héros, à son désarroi et à la violence d’une société qui marche sur la tête, où les entreprises n’hésitent pas à exercer un chantage à l’emploi ignoble.
Courez entendre ce texte. Dans la bouche de Luc Clémentin, il a une vérité et une force de vie formidable.

Micheline Rousselet

Samedi 12 et samedi 26 mars à 20h30, dimanche 13, 20 et 27 mars à 17h, vendredi 18 mars à 16h30 et 20h30
Théâtre de la Girandole
4 rue Edouard Vaillant, 93100 Montreuil
Réservations : 01 48 57 53 17

Vendredi 1er avril à 19h et samedi 2 avril à 20h30
ECAM-Théâtre du Kremlin-Bicêtre
2, place Victor Hugo, 94270 Le Kremlin-Bicêtre
Réservations : 01 49 60 69 42

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Unwanted »
    L’auteur, chanteuse et chorégraphe de nationalité britannique, Dorothée Munyaneza, est originaire du Rwanda. Marquée par plusieurs films et documentaires sur le génocide rwandais et le viol des femmes... Lire la suite (23 octobre)
  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)