Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Paco Leon (Espagne)

"Carmina" Sortie en salles le 13 juillet 2016.

Carmina, la cinquantaine extravagante, décide de suspendre l’annonce de la mort de son époux pendant quelques jours afin de ne pas voir ses revenus amputés de ses derniers salaires.

Sa fille qu’elle met dans la confidence va devenir, contre son gré, sa complice.

La situation donne lieu à des péripéties auxquelles Carmina sait, à chaque fois, faire face avec beaucoup d’aplomb.

Cinéma : Carmina

Au début du récit, avec la mort d’Antonio dans son fauteuil devant son téléviseur et la décision de Carmina de la garder secrète pendant la durée du weekend en dépit d’une chaleur caniculaire, tout laisse penser que le film va fonctionner sur ce ressort comique et qu’on va assister avec " Carmina" à une comédie d’autant plus drôle qu’elle est macabre.

Mais très vite sans qu’il n’ait vraiment exploité le potentiel comique du motif narratif de départ, le film de Paco Leon s’évade.

On en arrive très vite à la fin du weekend, à la fausse découverte de la mort et si, Carmina force le jeu de la veuve inconsolable vis-à-vis des amis ou du corps médical, l’articulation du récit va survenir avec l’installation d’un doute.

La pétulante quinquagénaire n’aurait-elle pas tiré parti du passage à un nouveau traitement médical pour se tromper dans les dosages et plus ou moins volontairement provoquer le décès d’un époux dont elle s’était lassée depuis longtemps.

Mais le film va échapper à la piste criminelle, tout comme il a contourné la piste comique. Et Carmina saura avec quelques larmes supplémentaires convaincre le médecin de ne pas procéder à une autopsie qui, sans doute, aurait dévoilé la supercherie.

C’est alors, que la veillée funèbre voit affluer les voisins-voisines pour qui le moment est une aubaine ; l’occasion de bavardages à bâtons rompus au cours desquels, elles se montrent aussi friandes de ragots que de collations.

Le film qui s’est éloigné de son sujet initial voit alors apparaître les personnages plus disparates et insolites les uns que les autres, à un rythme vertigineux.

Les commérages sont savoureux et les confidences égrillardes, les révélations intimes d’une cousine aux mœurs libérées vont révéler une nouvelle facette du personnage de Carmina.

On ne s’étonnera pas de sa métamorphose en femme fatale dans les dernières scènes et du rendez-vous qu’elle a avec un jeune homme noir à qui elle n’aura à offrir en retour de ses "services" dont elle ne voudra finalement pas, que la prothèse dentaire en or dont elle n’aura bientôt plus l’usage….

Le film de Paco Léon, avec ses fluctuations narratives, fait penser à un objet insolite qui prendrait une forme et des reliefs différents selon comment il est éclairé.

Ce qu’on prenait au départ comme une comédie méchante, prend petit à petit, et sans qu’on ne voie rien venir, une profondeur mélancolique.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • « Chez nous »
    Pauline est infirmière à domicile dans une petite ville du Nord, entre Lens et Lille. Sorte de Mère Courage, elle élève seule ses deux jeunes enfants et s’occupe quotidiennement de son père malade.... Lire la suite (19 février)
  • « Le secret de la chambre noire »
    Stéphane, la cinquantaine, un ancien photographe de mode de renom, vit seul avec sa fille Marie dans une maison cossue de la banlieue parisienne. Chaque jour, Marie lui sert de modèle au cours de... Lire la suite (19 février)
  • « Les fleurs bleues »
    Son oeuvre a fait de Wladyslaw Strzeminski le représentant majeur de la peinture d’avant-garde dans la Pologne d’après-guerre. Professeur enseignant à l’École Nationale des Beaux-Arts de Lodz, il est... Lire la suite (18 février)
  • "Noces"
    Zahira, jeune étudiante belgo-pakistanaise est très proche de sa famille dont elle aime chaque membre intensément. A la suite d’une interruption volontaire de grossesse, alors qu’elle entretient une... Lire la suite (18 février)
  • "De sas en sas"
    Chaque mois, à Fleury-Mérogis, des femmes pour la majorité et quelques rares hommes, viennent rendre visite à un proche : un fils, un frère, un père, un compagnon. Pour cela, il leur faut passer par... Lire la suite (17 février)