Actualité théâtrale

Au Théâtre Essaïon - Paris

"Cavales"

Un homme, Paul, et une femme en robe de mariée, Elsa, courent. Où vont-ils, que fuient-ils ? Ils viennent de se rencontrer, ils semblent vouloir échapper à un monde qu’ils laissent derrière eux et sont en quête de liberté. Dans leur fuite, ils rencontrent d’autres « Lui », d’autres « Elle » qu’ils ont été, ont connus ou imaginés.
Comme le dit l’auteur, Pierre Vignes, « Cavales » est d’abord l’histoire d’un rêve que l’on a tous un jour, celui de partir, d’échapper à une vie dans laquelle on s’est, presque sans s’en apercevoir, peu à peu laissé enfermer. Dans leur fuite, leur désir d’une vie nouvelle entre en collision avec le réel. La conscience affleure peu à peu qu’il est difficile de supprimer d’un trait sa vie d’avant et ceux qu’on y aimait et qui vous aiment. Est-on prêt à tout quitter, à plonger dans l’inconnu, connaît-on l’autre suffisamment pour le faire ?

Pour ce « road trip théâtral où se mêlent deux courses, l’une intérieure qui tend vers plus de liberté, l’autre extérieure qui lutte face à la brutalité du réel », Sébastien Rajon a imaginé un dispositif scénique astucieux. Dans un décor noir, une sorte de cabine, noire aussi, permet de créer des espaces qui ouvrent sur d’autres lieux et d’autres personnages, et passe de l’opaque au transparent pour laisser entrevoir la transformation de « Lui » ou « Elle ». En effet, dans leur course, Elsa et Paul rencontrent d’autres hommes et femmes. Stéphanie Papasian est Elsa et les autres « Elle ». Michel Laliberté est Paul et les autres « Lui ». Un changement de coiffure ou de costume leur permet de passer, très rapidement grâce à la cabine, d’un personnage à l’autre. Tous deux glissent avec beaucoup d’aisance d’un vêtement dans l’autre, mais aussi d’un caractère à l’autre. Ils sont tantôt l’homme et la femme en fuite dans leur quête de liberté, tantôt ceux qu’ils étaient dans leur vie d’avant. Ils sont tour à tour bourreau ou victime, séducteur ou séduit. Ils révèlent avec finesse ce que les rapports entre les sexes ont de complexes, avec leur cortège de tendresse, de sexe et de violence aussi.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 20h
Théâtre de L’Essaïon
6 rue Pierre-au-Lard, 75004 Paris
Réservations (en se réclamant du Snes – partenariat Réduc’snes sollicité) : 01 42 78 46 42

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)