Actualité théâtrale

Jusqu’au 7 décembre au théâtre de l’Odéon

« Ce ne andiamo per non darvi altre preoccupazioni »

Au Théâtre de l’Odéon, Daria Deflorian et Antonio Tagliarini, auteurs, acteurs, performers et metteurs en scène basés à Rome, présentent Ce ne andiamo per non darvi altre preoccupazioni , inspiré par une fiction policière de Petros Márkaris, Justicier d’Athènes . Ce spectacle sera suivi de Il cielo non é un fondale du 9 au 18 décembre.

En Grèce, quatre retraitées qui n’ont plus de quoi vivre décident d’en finir ensemble, en avalant un cocktail de vodka et de somnifères. Elles laissent sur la table leurs cartes d’identité et un mot « Nous partons pour ne pas vous donner d’autres soucis ». Elles espèrent ainsi « aider la société, débarrassée de ce fardeau, à mieux vivre ». On ne sait rien d’elles sinon leur nom, leur âge et leur fin tragique.

Théâtre : Ce ne andiamo...

Sur la scène vide, noyée d’ombre avec la seule lueur froide d’un néon et trois chaises alignées contre les murs, les quatre comédiens, mains nues, entrent. Les spectateurs ont l’impression d’être sur le plateau en train d’assister au travail de création du spectacle. Les comédiens les interpellent et s’interrogent sur la possibilité de représenter ce drame. Comment en tant qu’artiste parler d’aujourd’hui de la crise, de « l’inutilité » des personnes âgées, comme des artistes d’ailleurs, dans un monde dominé par des impératifs de compétitivité et de réussite sociale ? Une série d’allers et retours commence entre réflexions sur le spectacle en train de se faire et geste des quatre « petites vieilles ». Des questions esthétiques rencontrent les questions morales et politiques. Leur suicide est-il seulement un geste désespéré ou un appel à ceux qui peuvent encore se révolter ? Comment restituer ce geste politique, faire sentir l’environnement, les gens qui fouillent les poubelles, qui ne peuvent plus se soigner, comment les faire vivre ? Avec une grande délicatesse, en s’attachant aux détails, les acteurs font vivre et bouger les quatre retraitées. C’est parfois drôle, comme l’image de la vieille dame qui s’endort devant la télé, la tête renversée et la bouche ouverte, parfois tragique comme lorsqu’on les voit se fondre toutes couvertes de noir dans un univers tout aussi noir. Les quatre comédiens imaginent ce qu’elles ont pu faire ou penser. L’une se demande, au cas où elle serait la dernière à mourir, comment elle le supportera, une autre remarque que cela fait si longtemps, depuis la mort de son mari, qu’elle n’a pas été couchée dans un lit auprès de quelqu’un. On a le cœur serré mais on rit aussi, car il y a beaucoup d’humour dans les interpellations du public par les comédiens.

Daria Deflorian et Antonio Tagliarini nous invitent à refuser de nous laisser emporter dans la débâcle d’un monde où le marché tend à étendre son empire, de l’économie à la société, à refuser de nous contenter d’écouter des paroles qui nous disent que cela va s’arranger, en un mot à dire NON. Une heure de spectacle intelligent et stimulant.

Micheline Rousselet

En Italien, surtitré

Du mardi au samedi à 20h, dimanche à 15h

Odéon-Théâtre de l’Europe

Ateliers Berthier

1 rue André Suarès (angle du Boulevard Berthier), Paris 75017

Réservations : 01 44 85 40 40

Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

 

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « On a fort mal dormi », d’après « Les naufragés » et « Le sang nouveau est arrivé » de Patrick Declerck.
    Tour Saint-Jacques, milieu des années 80, un homme attend le bus de ramassage des SDF qui le conduira jusqu’au Centre d’accueil de Nanterre. Il fait froid. Il est transi, sans boulot, sans... Lire la suite (24 février)
  • « Interview »
    Quel est le secret d’une bonne interview ? L’interviewer pose-t-il sa question pour entendre la réponse qu’il attend. Ou bien, au contraire est-il dans l’attente d’une réponse qui va le surprendre..... Lire la suite (23 février)
  • « Vertiges »
    Dans un entretien, Nasser Djemaï, l’auteur et metteur en scène de Vertiges, évoque ces cités où il a vécu enfant et leurs transformations avec la montée du chômage. On y trouve dit-il « des familles... Lire la suite (22 février)
  • « Fabrice Luchini et moi »
    C’est « une histoire vraie qui n’a jamais existé » que nous conte Olivier Sauton, celle d’un jeune homme qui voudrait être acteur. Une nuit sur un pont, il croise Fabrice Luchini, son idole et lui... Lire la suite (17 février)
  • « Noce »
    L’enfant est venue assister à la noce avec ses parents, une noce somptueuse, historique, où tout le monde rêve d’être invité. Rejetés de la grande entrée vers la petite porte au fond du parc, repoussés... Lire la suite (16 février)