Autour du Jazz

Conversations

« Chroniques de l’imaginaire » Jean-René Mourot/Bruno Tocanne

Un duo c’est une rencontre amoureuse. Le jazz a souvent progressé de cette manière. Musique de l’instant, il ne peut que fonctionner à la fraternité, à la réciprocité. Une sorte d’art de la conversation sans concession.

Bill Carrothers, pianiste de la mémoire, en juin 1999, avait tenté l’expérience d’une rencontre avec – à l’époque – le jeune batteur Bill Stewart dont c’était, je crois bien, le premier album. Le titre disait bien l’objet : « Duets with Bill Stewart ». Jean-René Mourot, pianiste, suivant les dires de l’intéressé, avait trouvé là une idée qu’il voulait suivre. Sur cette route, il trouva un batteur meneur de groupes, Bruno Tocanne.

Jazz : chroniques de l'imaginaire

Contrairement à Bill Carrothers qui avait privilégié les « standards », Mourot et Tocanne se sont lancés un défi, celui de l’improvisation, de l’écoute. Les influences se disputent alimentant la conversation. Les réponses se veulent déroutantes pour dégager le ciel de la routine, de ce bleu qui reste figé pour nos yeux de terriens. Ils s’interrogent sur la forme du bleu, des bleus. Une simple construction ? Un processus ? Partager ces « Chroniques de l’imaginaire » permet de se reposer toutes les questions qui se cachent dans nos rêves. Que se passera-t-il si nos rêves communs deviennent réalité ?

Le pari était risqué. Les protagonistes peuvent y trouver un plaisir qui ne se partage pas. Il fallait beaucoup d’humilité pour le tenir. Bruno Tocanne transforme la batterie pour qu’elle puisse répondre au piano, le dit piano n’hésitant à se faire instrument de percussion. Le dialogue prend forme.

Un « standard » aurait permis une trêve pour une conversation plus facile à suivre pour l’auditeur. Tel que, ils veulent ouvrir les portes et les fenêtres d’un imaginaire partagé. La résistance passe par le rêve. A deux et avec d’autres si affinités.

N’hésitez pas, pénétrer dans leur monde. Ils sont finalement accueillants.

Nicolas Béniès.

« Chroniques de l’imaginaire », Jean-René Mourot/Bruno Tocanne, Momentanea

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • Mémoires vivantes
    Frémeaux et associés proposent un travail de mémoire - doublé du plaisir de l’écoute – à travers trois parutions récentes. « De Manhattan à Saint-Germain-des-Prés » fait traverser une décennie... Lire la suite (13 octobre)
  • « Dreams and Daggers »
    D’abord une pochette étrange de ce double album Mack Avenue, écrite à la main et au design inhabituel, création de la dame qui ne se contente pas de chanter. Original mais pas très lisible pour le... Lire la suite (7 octobre)
  • "Live in San Francisco" Giulia Valle trio
    Giulia Valle, contrebassiste, cheffe d’orchestre et compositeure, mène une carrière des deux côtés de l’Atlantique. De ce côté-ci, elle incarne le nouveau du jazz de Barcelone, de la Catalogne et... Lire la suite (16 juillet)
  • "More Powerful" George Colligan,
    Le pianiste George Colligan fait partie de ces musiciens nécessaires. Il synthétise une grande partie de l’art de ce piano illustré par Chick Corea, Herbie Hancock, McCoy Tyner pour l’énergie avec... Lire la suite (16 juillet)
  • « Thelonious Monk, Les Liaisons dangereuse 1960 »
    S’en souvient-on ? Dans la fin des années 1950, les réalisateurs français de films appelés « noirs » faisaient souvent appel à des groupes de jazz pour la musique de leur film. La collaboration la plus... Lire la suite (2 juillet)