Actualité théâtrale

Jusqu’au 8 octobre au Monfort

« Chute ! »

Pour ce spectacle Mathieu Gary, membre fondateur du collectif d’acrobates Porte 27, qui a développé un art entre cirque et danse et que la chute amuse beaucoup, s’est associé à Sydney Pin, lui aussi acrobate polyvalent. culture/théâtre
Qu’a à nous dire de la chute un acrobate ? Qu’il a peur de la chute, mais qu’il a aussi envie de s’envoler. Qu’il aime le risque, peut-être même frôler la mort, mais que cela l’oblige à chercher des solutions. Et s’ils se mettent à deux ? Même âge, même taille, même poids, ils se lancent dans une série de chutes entrecoupées de propos sur la gravitation, l’influence de la masse et du poids de celui qui chute. Ils s’interrogent sur la concordance entre le bruit et la chute et passent aux travaux pratiques. Comment arrivent-ils à ne pas se faire mal ? Le public, très proche d’eux, retient son souffle, a peur pour eux, souffre avec eux, rit aussi car la chute fait rire.

Ils semblent s’affronter, provoquent la chute de l’autre, se servent du corps de l’autre pour chuter ou le faire chuter. Leurs regards se quittent le moins possible. Il y a des petits sourires en coin parce que l’un va tenter de surprendre l’autre en tombant, mais l’autre est toujours là pour parer la chute avec un coussin ou quand il n’y en a pas avec son corps. La solidarité remplace l’affrontement et l’on reste ébahi de toutes les chutes qu’ils inventent, de leur précision et de leur coordination, jusqu’aux essais-erreurs qui provoquent le rire complice et bienveillant du spectateur heureux.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h30
Le Monfort
106 rue Brancion, 75015 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88
En tournée ensuite

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Au but »
    Une mère et sa fille ont assisté à la représentation d’une pièce de théâtre d’un jeune auteur, Sauve qui peut . La fille a aimé et applaudi. Dans un premier temps la mère a trouvé que « le texte ne... Lire la suite (24 septembre)
  • « Les vibrants » de Aïda Asgherzedeh
    En 1914, Eugène, beau jeune homme vif et insolent, part à la guerre comme engagé volontaire. Atteint par un éclat d’obus à Verdun, il a la moitié du visage arrachée et compte parmi ceux qu’on a appelé... Lire la suite (24 septembre)
  • « We love arabs »
    Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses... Lire la suite (16 septembre)
  • « La nostalgie des blattes »
    Sur un plateau nu, une estrade, et sur cette estrade, assises sur deux simples chaises, deux femmes plus très jeunes. La plus ancienne dans son poste voit arriver la remplaçante avec une belle dose... Lire la suite (11 septembre)
  • « Trahisons » de Harold Pinter
    Jerry et Emma se retrouvent devant un verre deux ans après leur rupture. Leur embarras n’a d’égal que l’émotion de se revoir. Pendant des années, alors qu’une amitié sincère et de très longue date liait... Lire la suite (11 septembre)