Actualité théâtrale

Jusqu’au 8 octobre au Monfort

« Chute ! »

Pour ce spectacle Mathieu Gary, membre fondateur du collectif d’acrobates Porte 27, qui a développé un art entre cirque et danse et que la chute amuse beaucoup, s’est associé à Sydney Pin, lui aussi acrobate polyvalent. culture/théâtre
Qu’a à nous dire de la chute un acrobate ? Qu’il a peur de la chute, mais qu’il a aussi envie de s’envoler. Qu’il aime le risque, peut-être même frôler la mort, mais que cela l’oblige à chercher des solutions. Et s’ils se mettent à deux ? Même âge, même taille, même poids, ils se lancent dans une série de chutes entrecoupées de propos sur la gravitation, l’influence de la masse et du poids de celui qui chute. Ils s’interrogent sur la concordance entre le bruit et la chute et passent aux travaux pratiques. Comment arrivent-ils à ne pas se faire mal ? Le public, très proche d’eux, retient son souffle, a peur pour eux, souffre avec eux, rit aussi car la chute fait rire.

Ils semblent s’affronter, provoquent la chute de l’autre, se servent du corps de l’autre pour chuter ou le faire chuter. Leurs regards se quittent le moins possible. Il y a des petits sourires en coin parce que l’un va tenter de surprendre l’autre en tombant, mais l’autre est toujours là pour parer la chute avec un coussin ou quand il n’y en a pas avec son corps. La solidarité remplace l’affrontement et l’on reste ébahi de toutes les chutes qu’ils inventent, de leur précision et de leur coordination, jusqu’aux essais-erreurs qui provoquent le rire complice et bienveillant du spectateur heureux.
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 19h30
Le Monfort
106 rue Brancion, 75015 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 56 08 33 88
En tournée ensuite

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « La chose commune »
    Avec ses espoirs d’une nouvelle société plus juste, plus libre, où les femmes auraient enfin droit à la parole au même titre que les hommes, plus démocratique aussi et avec sa fin tragique, qui a sonné... Lire la suite (24 avril)
  • « Le dernier chant »
    Tchekhov connaissait bien les acteurs et les actrices et il les aimait. Il n’ignorait rien de leur besoin de reconnaissance, de leur désir de briller, rien non plus de leurs fragilités, l’angoisse... Lire la suite (20 avril)
  • « L’histoire d’une femme »
    Une jeune femme traverse la rue. Un homme en vélo claque une main sur ses fesses et poursuit son chemin en éclatant de rire. Elle s’effondre. Des hommes s’agitent autour d’elle, cherchant un téléphone... Lire la suite (15 avril)
  • « Michael Kohlhaas »
    De Heinrich von Kleist, ce jeune auteur mort suicidé à 34 ans en 1811, c’est peut-être ce portrait d’un homme dressé dans un seul but, obtenir justice et que la loi s’applique aux puissants comme aux... Lire la suite (12 avril)
  • « Ici, il n’y a pas de pourquoi »
    Un homme est arrêté, transporté comme du bétail et incarcéré dans un camp. Mis à nu, tondu, tatoué, on lui enlève tout, même son nom, il n’est plus qu’un numéro qui ne porte la trace que de la date de son... Lire la suite (12 avril)