Les LV dans les textes

Circulaire de rentrée 2012 : analyse LV

La circulaire de rentrée publiée au BO du 29 mars condense la politique éducative menée ces dernières années et détaille les « orientations et instructions pour la rentrée 2012 » dessinant un système éducatif du « chacun pour soi » et du mérite, aux antipodes de celui qu’il faudrait construire pour plus de justice et d’égalité.

Le ministère s’adresse un satisfecit pour l’ensemble de son œuvre et continue de légitimer ses orientations calamiteuses en affichant, dès l’introduction, sa volonté de construire une « école du socle commun » présentée comme une « école de l’exigence et de l’ambition » mais uniquement pour que « chaque élève prenne le chemin de sa réussite ».

« Personnalisation » et « responsabilisation » (des acteurs, des élèves et de leurs familles) sont les maîtres-mots avec l’aide qu’il faudrait apporter de manière « différenciée » et « adaptée aux besoins de chacun » dès la maternelle !

Concernant plus spécifiquement les langues vivantes (voir extraits en PJ) :

- D’abord, la circulaire confirme la globalisation des horaires annoncée par Chatel :

« À la rentrée, la globalisation des horaires de langues vivantes sera expérimentée dans 10 % des collèges ».

Dans le cadre de cette expérimentation, « chaque élève dispose de 684 heures de langues vivantes sur l’ensemble de sa scolarité au collège.
Cette globalisation vise à encourager la mise en place de modalités nouvelles d’enseignement adaptées au contexte de chaque établissement, notamment les groupes de compétences ».

Les établissements « veilleront toutefois à garantir aux élèves un volume horaire global d’apprentissage suffisant dans les deux langues pour permettre à chacun de parvenir aux niveaux de compétences fixés par les programmes du collège ».

Notre analyse :

Opposé à toute annualisation du temps de service des enseignants, nous revendiquons une exposition identique des élèves sur tout le territoire et pendant le temps scolaire. En effet, le Ministère, par cette mesure, souhaite pouvoir obliger les enseignants à travailler pendant les vacances scolaires, notamment dans le cadre des stages intensifs de langues que la profession rejette par principe : plutôt que de faire revenir les élèves et les personnels pendant les vacances, le Ministère doit créer des conditions d’enseignement des langues décentes (petits effectifs et matériel notamment) pendant le temps scolaire.

- Ensuite, le Ministère se félicite de ses nouvelles épreuves au Baccalauréat :

« Les nouvelles épreuves de langues au baccalauréat ont évolué et prennent en compte les compétences de communication orale. De fait, les compétences de compréhension, d’expression et d’interaction orales seront évaluées à compter de la session 2013 dans l’ensemble des séries générales et technologiques rénovées aux côtés des compétences de compréhension et d’expression écrites. »

Notre analyse :

Si nous nous félicitons de la prise en compte de l’oral aux épreuves de langues au Baccalauréat, nous nous opposons à l’absence de cadrage national de ces épreuves : pas de sujet commun, évaluation des élèves par le professeur de la classe, grilles d’évaluation portant peu sur le contenu, etc. Le SNES-FSU revendique donc des épreuves terminales nationales, avec échange d’examinateurs.

- Enfin, le Ministère rappelle que la Sixième « ne doit pas être le lieu d’une reprise des apprentissages initiaux », comme si la réalité du terrain n’était pas connue de tous : certains professeurs des écoles ont certes des diplômes en LV, mais la majorité ne reçoit pas de formation initiale et continue leur permettant d’enseigner les langues en primaire. Le fiasco du CLES, imposé aux concours, montre bien que la formation en LV de tous les futurs enseignants est loin d’être une réalité.

Quant au développement d’enseignements d’autres disciplines en langue étrangère, là encore, le Ministère montre sa totale méconnaissance du terrain : très peu d’enseignants non linguistes possèdent une certification les rendant capables d’enseigner en langue étrangère. Par ailleurs, le développement des DNL, sans cadrage national ou académique, n’a fait que renforcer la concurrence entre les établissements, dans le cadre de l’assouplissement de la carte scolaire. Avant de développer ces dispositifs, dont l’intérêt n’est pas remis en cause, il faudrait donc d’abord les mettre à plat, en revoyant la carte des offres et les conditions réelles d’enseignement dans celle-ci.

Pour toutes ces raisons, nous vous invitons à signer la pétition SNES-FSU/APLV :

http://www.snes.edu/petitions/index...

Autres articles de la rubrique Les LV dans les textes

  • Echanges et mobilité
    Ci-dessous quelques programmes d’échange et de mobilité. Mobilité des élèves de collège et de lycée en Europe et dans le monde :circulaire n° 2016-091 du 15-6-2016. Programme Jules Verne pour l’année... Lire la suite (2 décembre)
  • Vademecum LV
    Une question sur les LV ? Consultez le Vademecum !Lire la suite (25 novembre)
  • Horaires LV collège et lycée
    COLLEGE 6ème LV1 : 4h mais, dans le cadre du dispositif "bilangues", qui propose l’enseignement de deux langues vivantes en 6ème, 3h sont généralement dédiées à l’enseignement de chacune des deux... Lire la suite (12 juillet)
  • Programmes de LV sections internationales
    SECTIONS INTERNATIONALES COLLEGE Programme d’enseignement de langue et littérature arabes : Programme de langue et littérature des sections internationales britanniques et américaines :... Lire la suite (4 juin)
  • Programmes de LV sections binationales
    Allemand (Abibac) Œuvre obligatoire d’allemand inscrite au programme d’enseignement de langue et littérature pour les années scolaires 2016-2017, 2017-2018 et 2018-2019 : Programme d’enseignement... Lire la suite (26 mai)