Communiqués

Circulaire sur les stages en master : Inadmissible tant sur la forme que sur le fond

Le ministère de l’Education Nationale vient de publier une circulaire, un des premiers textes importants rédigés sous la responsabilité du nouveau ministre.

Aucun dialogue entre le ministre et les organisations syndicales n’a eu lieu concernant son contenu. Sans doute n’est-ce pas un hasard tant le contenu du texte publié pose de graves problèmes ! En effet, il conduit à totalement dénaturer la notion de « préprofessionalisation » à travers les stages que les étudiants vont être appelés à effectuer dans les établissements pour préparer les nouveaux concours de recrutement d’enseignants et CPE.

Le SNES ne peut accepter cette méthode et s’interroge sur le double discours du ministre qui publie un tel texte alors que les trois groupes de travail (contenus des masters, maquettes des concours, année de formation) ne sont même pas installés !

Les stages qui interviennent avant le concours, d’observation en cours de M1 ou en responsabilité en cours de M2, devaient être exclusivement conçus comme des moments de formation intégrés aux études. L’organisation de ces stages de 108 heures annuelles (3 heures hebdomadaires réparties sur 36 semaines) devait permettre d’harmoniser la préparation au concours avec la préparation du master.
Mais le ministère, à l’image de ce qui se pratique trop souvent dans le secteur privé, fait le choix d’utiliser, certains pourront dire exploiter, ces étudiants-stagiaires sans rémunération pour assurer des missions de remplacement au moment même ou le gouvernement supprime 3000 emplois d’enseignants destinés à la mission de remplacement des enseignants absents…

En donnant au chef d’établissements du collège ou du lycée la possibilité de confier 18 heures de cours en responsabilité par semaine aux étudiants en stage de M2, le ministère va placer ces étudiants dans l’impossibilité de mener de front cours à l’université et stage, en raison d’évidents problèmes d’emploi du temps, mais aussi par la quantité de travail que représentent la préparation des cours et la correction des copies. Il sacrifie également les objectifs pédagogiques au profit de la gestion en prenant le risque de placer des étudiants devant les élèves sans accompagnement.

En confiant au chef d’établissement, et non au tuteur de l’étudiant dans l’établissement, la responsabilité de l’organisation du stage, le ministre confirme bien que sa démarche est moins guidée par la qualité de la formation des stagiaires que par le souci de les utiliser dans le fonctionnement de l’établissement.

En publiant ce texte, il discrédite d’entrée de jeu la qualité d’une partie de la formation des nouveaux enseignants, impose des conditions épouvantables de stage aux étudiants.

Le SNES demande au ministre d’ouvrir immédiatement des discussions en vue de modifier cette circulaire.

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • Le SNES-FSU enquête sur la réforme du collège
    S’il est trop tôt pour faire un bilan des effets de la réforme collège 2016 sur les élèves, il est déjà possible de regarder comment les établissements se sont organisés avec les nouveaux horaires et les... Lire la suite (21 septembre)
  • Réforme de l’évaluation des enseignants
    Le ministère envisage de développer l’accompagnement individuel et collectif des personnels pour recentrer l’évaluation sur l’aide et le conseil et permettre les échanges de pratiques professionnelles.... Lire la suite (19 septembre)
  • Grève du second degré
    Quels que soient les propos de la Ministre de l’Éducation, les faits ne mentent pas : nous sommes loin d’une rentrée apaisée. Les personnels du second degré ont pu mesurer à l’occasion de la rentrée... Lire la suite (8 septembre)
  • Tous en grève le 8 septembre
    La rentrée 2016 devrait voir mise en œuvre la réforme du collège imposée par le gouvernement alors même qu’elle est toujours contestée par la majorité des personnels du second degré. Ces derniers qui ont... Lire la suite (30 août)
  • Conférence de presse de rentrée
    Veuillez trouver ci-joint le dossier de la conférence de presse qui a eu lieu le vendredi 26 août.Lire la suite (26 août)