Actualité théâtrale

à la MC 93 de Bobigny, jusqu’au 7 avril 2012

"Clio" de Charles Péguy, mise en scène Valérie Aubert et Samir Siad

Le "Théâtre en Partance", la compagnie que dirigent Valérie Aubert et Samir Siad est implantée en Basse-Normandie, dans le département de la Manche.
Les textes qu’ils choisissent de mettre en scène sont souvent très exigeants. Leur préférence va vers des auteurs comme Paul Valéry, Yannis Ritsos, Fernando Pessoa, Antonio lobo Antunes ou Bernanos qui avait été le matériau de leur avant-dernière création, la saison dernière à la MC 93, "Compagnons inconnus".
Charles Péguy n’a pas écrit "Clio" pour le théâtre mais, pour Samir Siad et Valérie Aubert, cet auteur est doté de l’art de donner une forme théâtrale à sa pensée.
L’adaptation qu’ils en ont faite est un monologue. Le personnage qui s’en empare est à la fois réaliste, celui d’une vieille femme qui pourrait être la gardienne de la barrière qui fait la séparation entre les royaumes des morts et des vivants et celui, mystique, de Clio la muse de l’histoire.
Le personnage vêtu d’une longue cape noire à l’imposante tignasse grise, voûté par l’âge, appartient à la fois au monde des hommes et à celui des dieux.
La barrière qui est l’élément central du décor, si elle représente le passage à la mort, figure également la frontière entre les œuvres et le public.
Il est beaucoup question de l’accès de l’œuvre au public dans le texte, du rapport de l’auteur au spectateur.
Les œuvres sont livrées vivantes au lecteur, au spectateur, au visiteur d’une exposition et notre désintérêt, notre indifférence, notre légèreté à leur égard peut déboucher sur l’oubli et la mort, dit en substance Charles Péguy qui parle d’aventure effroyable et d’une effrayante responsabilité.
Le texte est beau, fort, d’une belle poésie, mais l’océan de paroles qu’il constitue nécessite de la part du spectateur une grande disponibilité.

photo Christophe RAYNAUD DE LAGE

D’autant que le regard est sans cesse sollicité par les superbes images qui constituent ce spectacle dont la scénographie est une réussite.
Au gris du décor général, au sombre des costumes, s’ajoutent des lumières d’une délicatesse qui, avec le tintement des cloches ou la musique égrainée d’un shamisen, créent une atmosphère envoûtante.
Francis Dubois

MC 93 Bobigny
9 boulevard Lénine
93 000 Bobigny

Réservation (partenariat Réduc’snes tarifs réduit aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 41 60 72 72
www.mc93.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)
  • « La famille royale »
    Inspirée du roman éponyme de William T. Vollmann, cette vaste fresque dresse le portrait d’une Amérique coupée en deux, le monde des affaires, du show-business, des casinos et de la finance d’un côté,... Lire la suite (16 octobre)
  • « La danse de mort » d’August Strindberg .
    Dans une citadelle, sur une île de garnison, vivent reclus dans un décor gris un officier intègre et autoritaire et sa femme, Alice, une ancienne actrice qui a laissé derrière son passé et dont les... Lire la suite (13 octobre)
  • « La mort de Tintagiles »
    « La mort est une force extérieure qui empêche tout mouvement qui s’oppose à elle. L’amour est une force intérieure qui incite à agir contre la mort ». Le texte de Maurice Maeterlinck, conte initiatique... Lire la suite (10 octobre)