Archives

Commission de suivi de la procéure de recrutement mai 2005

La commission de suivi de la procédure informatisée de recrutement en première année de CPGE s’est réunie jeudi 26 mai.

A ce stade de la campagne 2005, nous disposons de statistitiques concernant les candidatures. Il y a une augmentation du nombre total de candidats en CPGE : 68871 (+1063 par rapport à 2004), mais le nombre de candidatures se maintient au même niveau : 336 443 (-37).
L’augmentation du nombre de candidats concerne principalement la filière littéraire : +6% en A/L, +4% en B/L.
Dans les filières scientifiques, on observe des baisses plus ou moins importantes : -1,5 % en MPSI, -3% en PCSI, -4% en PTSI, -10% en TSI, sauf la voie BCPST qui augmente de 1%.
En filière économique et commerciale, une baisse générale, contrastée : +1,5% en ECE, -6% en ECS, +7% en ECT.

Le nombre de candidatures émanant de candidats hors terminale d’un lycée français est stable (11 430). Ces candidatures étant moins fiables que les autres, la part qu’elles occupent dans les évolutions doit être bien mesurée.

Il faut faire un effort particulier d’information en cette période de choix pour les élèves, afin d’arriver à une répartition satisfaisante des candidats admis en CPGE. Il est également important d’informer les lycées d’origine que les élèves qui souhaitent se porter candidat "tardivement" en CPGE peuvent le faire, par le biais de la procédure complémentaire. Il y a un nombre important de lycées qui envoient très peu de candidatures, peut-être par réticence à s’investir dans une procédure qui concerne quelques unités. Il faut lutter contre cette inertie et relancer par exemple les pôles d’information académiques avec un coordinateur dans chaque académie.

La procédure accueillait cette année un portail vers d’autres formations sélectives post-bac : groupe GEIPI, réseau ENI, Prépa intégré CCP et CPI. Cela permettra de mieux gérer les flux d’élèves entre ces formations et les CPGE. Il y a eu 7957 candidats pour ces écoles dont 5150 sont aussi candidats en CPGE. Rappelons que les INSA ont refusé d’intégrer la procédure car elles s’opposent à ce que les candidats classent leur voeux avant les propositions d’admission, ce qui est au coeur du principe de la procédure CPGE.

D’autres points techniques ont été évoqués afin notamment de limiter et rattraper les erreurs des candidats. Ainsi un candidat qui n’a pas répondu à une proposition dans les temps est démissionné automatiquement, mais peut toutefois se porter candidat ensuite à la procédure compémentaire.

Explicatif de la procédure complète et complémentaire.

Autres articles de la rubrique Archives