Communiqués

Communiqué du SNES-FSU - Académie de Grenoble

Espé de Grenoble : stagiaires en lutte !

« Débordés, épuisés, stressés, infantilisés », ce sont là les témoignages de trop nombreux collègues entrant dans le métier... D’une année sur l’autre, le ras le bol est toujours aussi vif, les motifs de mécontentement sont les mêmes : surcharge de travail, contenu de formation inadapté, souffrance et isolement de certains collègues débutants.
Cette année, les enseignants stagiaires de l’académie de Grenoble sont en lutte depuis maintenant plus de deux mois. Naturellement, Le SNES-FSU, en accord avec ses mandats, soutient le mouvement depuis le début.

Après la suppression pure et simple de la formation initiale sous le mandat Sarkozy, le retour d’un accompagnement à l’entrée dans le métier était indispensable. Mais le compte n’y est pas. Les stagiaires dénoncent :
- La charge de travail excessive : assurer un mi-temps devant les élèves tout en validant une année de M2 très lourde. Des semaines de 50 à 60h de travail sont monnaie courante pour une grande partie des personnels avec parfois des trajets importants pour ceux qui sont les plus éloignés des lieux de formation.
- L’inadéquation entre le contenu de la formation et leurs besoins ainsi que les pressions dont ils font l’objet lorsqu’ils se montrent trop critiques envers certaines formations déconnectées de leurs besoins immédiats face aux élèves, la souffrance de certains collègues débutants face aux difficultés du métier, l’isolement, le manque de reconnaissance, les injonctions répétées et trop souvent contradictoires de la hiérarchie, des tuteurs, des formateurs, la multiplication des évaluations...

Malheureusement, ceci n’est pas nouveau : c’est le vécu de chaque promo depuis la création des Espés. Revendiquant une entrée progressive dans le métier et une formation de qualité, le SNES-FSU exige une remise à plat de la formation initiale. Il est temps que les stagiaires et leurs représentants soient enfin écoutés.

En pleine crise de recrutement, les candidats aux métiers de l’enseignement devraient au contraire être considérés comme des perles rares. Pour rendre nos métiers à nouveau attractifs il est indispensable de proposer :
- de meilleures conditions d’entrée dans le métier,
- de meilleures conditions de travail par la suite,
- une revalorisation salariale. On comprend qu’avec un salaire de début de carrière équivalent à 1,2 SMIC environ, les personnels soient en difficulté dans leur vie quotidienne (logement, déplacements...) et souffrent d’un manque de reconnaissance.

Il est temps que, plus largement, dans le contexte de la campagne électorale, la question des moyens pour la formation initiale et au-delà pour l’éducation nationale soit enfin prise en compte.

Le SNES-FSU soutient l’appel des stagiaires grenoblois à amplifier et généraliser le mouvement à l’ensemble des académies et restera aux côtés des stagiaires dans
l’action.

Contact : Cécile SANCHEZ - mailto:s3gre@grenoble.snes.edu

Comminiqué de presse Action ESPE Grenoble

Autres articles de la rubrique Communiqués

  • La Cour des Comptes cible à nouveau les enseignants
    La Cour des Comptes a publié son rapport « Gérer les enseignants autrement. Une réforme qui reste à faire ». Elle y égrène, comme chaque année, un certain nombre de poncifs habituels de la pensée libérale... Lire la suite (4 octobre)
  • Budget 2018
    Les grandes orientations du PLF 2018 ont été rendues publiques. Dans le second degré notre ministre exprime tout son art de la soustraction invisible : les suppressions de postes sont à l’ordre du... Lire la suite (28 septembre)
  • Conseil supérieur des programmes
    Si le fonctionnement du CSP a notamment souffert du temps politique dans lequel ses travaux se sont inscrits et de l’absence de réflexion sur l’articulation entre les programmes du collège et du... Lire la suite (27 septembre)
  • Journée mondiale des enseignants 2017
    La Journée Mondiale des Enseignants s’articulera cette année autour du thème « Enseigner en liberté, Autonomie Professionnelle ». Il s’agira de promouvoir la Recommandation Organisation Internationale du... Lire la suite (26 septembre)
  • Le MEDEF n’a pas le droit d’insulter l’Ecole
    Une campagne du MEDEF affiche son mépris pour le service public d’éducation, ses personnels et ses élèves en affirmant « Si l’école faisait son travail, j’aurais du travail ». C’est pourtant ce service... Lire la suite (20 septembre)

Dans la rubrique Actualités