Session 2013

Consignes EAF à Orléans-Tours : inacceptable

Dans l’académie d’Orléans Tours, les examinateurs de l’épreuve orale de français ont reçu une fiche barème sur 24 points, pour une note finale sur 20 (voir pièce jointe ci-dessous). Motif : la moyenne académique des épreuves anticipées de français en première (EAF) étant inférieure de 2 points à la moyenne nationale, il faudrait y remédier en notant les élèves sur 24, et en affichant cette note comme étant sur 20.
Imaginer pouvoir répondre aux inégalités de réussite au baccalauréat sur le territoire par des grilles d’évaluation fantaisistes relève de l’absurdité et du mépris pour le travail des enseignants et des lycéens. Les professeurs n’ont pas besoin de ces consignes : leur conscience professionnelle d’une part, les procédures d’harmonisation d’autre part, permettent que les élèves soient notés de manière bienveillante, mais juste.
Une réflexion sur l’évaluation des élèves est certainement nécessaire. Elle doit se faire au long court et sereinement, donc pas pendant la période du baccalauréat. Elle ne doit sûrement pas être remplacée par des consignes locales, qui contribuent à fragiliser l’examen du baccalauréat.

Autres articles de la rubrique Session 2013