Budget et rentrée 2016

Risques d’attentat

Consignes de sécurité

Après avoir publié conjointement le 29 juillet 2016, une « instruction relative aux mesures de sécurité dans les écoles et les établissements scolaires à la rentrée 2016 », les ministères de l’Éducation nationale et de l’Intérieur avec le ministère de l’agriculture ont organisé le mercredi 24 août 2016, une conférence de presse pour détailler les mesures annoncées.

Les trois ministres sont intervenus pour expliquer comment avec les textes pris depuis novembre 2015, ils comptaient faire face au risque d’attentat, en rappelant qu’un site proche des terroristes appelait à tuer des professeurs. Dans les annonces, il y a peu de nouveautés par rapport à l’empilement de consignes de sécurité que nous analysions dans notre article du 30 avril dernier.

Instruction du 29 juillet 2016
L’instruction du 29 juillet 2016 ajoute un exercice de mise en sécurité par an aux deux prévus dans la circulaire du 25 novembre 2015. Elle remet l’accent sur les difficultés à diffuser l’alerte dans les établissements et demande de tester l’envoi aux chefs d’établissement d’une alerte par SMS dès la prérentrée en appelant à créer des répertoires à jour des différents personnels et cellules de crises à prévenir.

Elle revient sur le problème des espaces fumeurs sans le dire franchement, en rappelant qu’il faut trouver des « solutions adaptées » pour éviter les attroupements devant les établissements scolaires.

Le SNES-FSU redemande qu’une concertation, en CHSCT ministériel notamment, ait lieu pour éviter les incohérences. Par exemple, les tourniquets à badges installés par les collectivités aux entrées et le recours FCPE contre les « zones spécifiques » en lycée évitant la sortie des fumeurs provoquent ces attroupements justement déconseillés. Renforcer les équipes de vie scolaire pour améliorer l’accueil et la surveillance devrait être une priorité.

Mobilisation des cadres
Ce texte veut mobiliser les personnels de directions et l’ensemble de l’encadrement de l’éducation nationale par le développement de la formation au centre d’entrainement de la Gendarmerie nationale. Il demande aussi aux chefs d’établissements d’informer les parents d’élèves sur les mesures de sécurité prises et de solliciter les collectivités territoriales pour que des travaux anti intrusions soient réalisés dès que le diagnostic aura été effectué. Des courriers en ce sens ont été envoyés aux présidents des différentes associations des communes, départements et régions de France, et l’annonce d’une enveloppe supplémentaire de 50 millions d’euros (elle s’ajoute aux 70 millions déjà prévus) pour financer les travaux a été faite par la ministre lors de la conférence de presse.

Formation au PSC1
L’instruction du 29 juillet rend obligatoire la formation au PSC1 (prévention et secours civiques de niveau 1) pour tous les élèves délégués de classe. Des instructions détaillées devraient être envoyées d’ici la rentrée. Les questions liées à la mise en œuvre de cette formation (Qui les fait ? Quand ? Qui les paye ?) ne sont à ce jour pas traitées. Là encore il sera nécessaire de trouver un équilibre : ne pas générer un climat anxiogène, répondre au besoin de sécurité sans imposer aux élèves des responsabilités trop lourdes, ni leur faire porter une charge sans rapport avec leur fonction de délégué.

Processus de radicalisation
Enfin une dernière partie de l’instruction concerne « le suivi des élèves et des personnels dans un processus de radicalisation ». Elle affirme que les suites données aux signalements feront l’objet d’une information des préfets vers les chefs d’établissement. Permettre un travail collectif des équipes pluriprofessionnelles est indispensable pour que les personnels soient en capacité d’analyser le comportement des élèves et d’apporter des réponses satisfaisantes.

Lors de la conférence de presse, le ministre de l’intérieur a annoncé que plus de 3 000 militaires de la réserve opérationnelle de la gendarmerie seront engagés le jour de la rentrée scolaire. Et après ?

Veiller à la sécurité dans les établissements scolaires est fondamental pour les élèves comme pour les personnels. Pour ce faire, s’il est nécessaire de renforcer l’information et la formation, il convient d’éviter la surenchère dans les consignes données, et de favoriser au contraire cohérence et efficacité.

Le dossier de presse va au-delà de la communication politique, recense les textes réglementaires et les guides pour les différents niveaux scolaires, les différents personnels et les différent ministères (les établissements de l’enseignement agricole sont aussi concernés par ces mesures). Une page spécifique figure sur le site du ministère.

Autres articles de la rubrique Budget et rentrée 2016

  • Vérifier son « État VS »
    L’État VS (ventilation du service) est le récapitulatif officiel du service d’enseignement. Il doit vous être soumis pour approbation et signature, avant transmission au rectorat, par le chef... Lire la suite (Septembre 2015)
  • Les enjeux de la rentrée 2016
    Dossier "Les enjeux de la rentrée 2016", extrait de l’US n°764 Des conditions de rentrée toujours dégradées Réforme du collège : résistance ! Programmes du collège - Devoirs de vacances Les enjeux... Lire la suite (25 août)
  • Concours - Toujours pas le plein
    Cette année encore, la session n’a pas permis de pourvoir l’ensemble des postes ouverts, ne permettant pas, par ailleurs, d’envisager la résorption de la précarité de nos métiers. Améliorer leur... Lire la suite (25 août)
  • Revalorisation - Un premier pas insuffisant
    Les discussions pour la mise en œuvre dans l’Éducation nationale des conclusions issues du cycle Fonction publique « PPCR » se poursuivent autour des questions de l’accès à la classe exceptionnelle et... Lire la suite (25 août)
  • Les enjeux de la grève en lycée
    Poussée démographique insuffisamment prise en compte, nouveaux dispositifs contestables concernant le redoublement et les redoublants, aucune remise en cause des réformes Darcos-Chatel... Autant de... Lire la suite (25 août)