Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Malek Bensmaïl (Algérie-France)

"Contre-Pouvoirs" Sortie en salles le 27 janvier 2016.

Tous les films qu’a réalisés à ce jour Malek Bensmaïl sont liés à l’histoire de son pays.

Cette fois, il pose sa caméra dans les locaux du célèbre quotidien algérien "El Watan", un média francophone qui agit dans le pays comme un nécessaire contre-pouvoirs à une démocratie malmenée, en pleine campagne électorale, au moment où Bouteflika s’apprête à briguer un quatrième mandat.

Cinema : Contre pouvoirs

Ce film est une rencontre avec celles et ceux qui "font" le journal internationalement connu et reconnu..

Tous ceux qui, avec leurs doutes et leurs contradictions, partagent un même objectif : le souci commun jamais démenti de proposer chaque jour des pages libres et indépendantes.

"Contre-Pouvoirs " est une réflexion sur le travail et la pensée journalistique.

"El Watan" est le plus important quotidien algérien actuel. Il a été fondé en 1990. Tiré à 130 000 exemplaires, il est né sous Chadli, il a espéré sous Boudiaf, résisté sous Zéroual et survécu sous Bouteflika".

Le système politique verrouillé et autoritaire a cependant permis il y a vingt-cinq ans, l’unique liberté possible, celle de l’expression de la presse écrite.

La presse privée algérienne est ainsi née dans un contexte de violence politique, à une période au cours de laquelle journalistes et intellectuels étaient considérés comme les ennemis à abattre.

Aujourd’hui, la violence à l’égard des médias s’est atténuée mais les journalistes restent les adversaires ou les prisonniers des dirigeants politiques.

Dans un pays où il est plus facile de définir les contre-pouvoirs que le pouvoir, où le contre-pouvoir est un lieu de désobéissance et non pas un contrepoids comme dans les démocraties, le film de Malek Bensmaïl accompagne l’épisode de la campagne électorale à l’issue de laquelle Bouteflika s’est vu confirmé dans ses fonctions pour la quatrième fois et selon la une du journal au lendemain de l’élection, "élu dans un fauteuil" (en référence au fauteuil dans lequel il se déplace depuis un accident cardiaque).

Les journalistes algériens ont longtemps été les oubliés de l’histoire douloureuse de leur pays.

Le film de Malek Bensmaïl les réhabilite.

Il s’agit pour la première fois de s’intéresser à eux à distance d’une actualité sanglante ou "printanière".

"Contre-Pouvoirs " prend le temps de les observer, le les écouter, de saisir et d’examiner la pensée, la réflexion et leur travail au quotidien.

La presse apparaît ici comme un fait d’observation : qu’en est-il du pouvoir de la presse dans le pays ? Quelles sont ses formes diverses ? A-t-elle un pouvoir réel ? Joue-t-elle un rôle de soupape ? Comment fonctionne-t-elle ? Quelles sont les forces qui l’habitent et qu’est-ce qu’une presse indépendante dans cette forme de démocratie ?

" Contre-Pouvoirs " est un documentaire passionnant qui fait la lumière une réalité politique contestée.

Le film est dédié à tous les journalistes assassinés durant le décennie noire.

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "La cigale, le corbeau et les poulets"
    Début 2009, des balles de 9mm accompagnées de lettres de menace parviennent à différents hommes politiques en place ainsi qu’au Président de le République de l’époque, Nicolas Sarkozy. Les lettres sont... Lire la suite (14 janvier)
  • "Fleur de tonnerre"
    Née en 1803 au sein d’une famille de cultivateurs aux revenus modestes, Héléne Gegado deviendra une des plus grandes empoisonneuses de tous le temps avec, à son terrible actif, l’assassinat de vingt... Lire la suite (13 janvier)
  • "Corniche Kennedy"
    Depuis la terrasse de la villa du riche quartier de la Corniche où elle vit avec ses parents, la lycéenne Suzanne observe et photographie un groupe de jeunes gens qui, depuis les hauts rochers de... Lire la suite (13 janvier)
  • "Jamais contente"
    Si Aurore redouble sa classe de cinquième, ce n’est pas qu’elle manque des moyens qui lui permettraient de réussir sa scolarité mais c’est parce qu’elle est rentrée dans une spirale négative qui a fait... Lire la suite (10 janvier)
  • "Vivere"
    Pendant huit ans, de 2001 à 2009, Judith Abitbol est allée filmer une octogénaire, Ede Bartolozzi, dans son village en Italie. Huit années au fil desquelles une lente détérioration physique et... Lire la suite (9 janvier)