Autour du Jazz

Dance Music.

« Cosmic Dance » Julien Alour Quintet

Julien Alour le fait façon puzzle. Une comptine pour ouvrir l’esprit et retomber dans les bras de cet enfant qui n’est plus pour s’orienter résolument vers une danse curieuse à la métrique pour le moins étrange qui mêle les bruits de tous les pays, que ce soit du côté slave ou de celui d’une Arabie ; le tout rêvé au son d’un clair de lune qui sait nous emporter vers le cosmique, vers l’ailleurs. « Cosmic Dance », titre qui sonne comme une revendication. Une sonorité de trompette où se retrouvent tous les prédécesseurs façon collage cette fois sans que le musicien se perde dans des imitations. Miles comme Booker Little, Lee Morgan comme Kenny Dorham se retrouvent associés. Sans oublier l’univers de Yusef Lateef, saxophoniste, flûtiste qui a disparu – dans le Cosmos bien sûr, Thelonious Monk éternel moderne et d’autres rythmes plus contemporains d’une jeunesse qui continue de s’inventer dans un monde bloqué dans les vieilles lunes et les idéologies réactionnaires. La musique, elle, s’échappe, tourbillonne dans la mémoire fertile du jazz. Pour éviter les images appelons « ça » la musique « cosmique ». Une idée à creuser.

Jazz : Julien Alour

Julien Alour sait aussi s’entourer de musiciens qui partagent cette esthétique. François Théberge semble tout connaître de la mémoire du saxophone, Adrien Chicot a dû écouter les grands pianistes de la soul music, Sylvain Romano, bassiste, maître du tempo tout comme Jean-Pierre Arnaud, batteur.

Le tout est une musique vivante, dansante qui ne craint pas de faire référence aux atmosphères des Jazz Messengers ou du hard bop de ce milieu des années cinquante pour notre plus grand plaisir tout en se situant ailleurs.

Julien Alour signe un de ces albums qui devraient faire le bonheur des programmateurs… s’ils n’étaient atteints de surdité.

Nicolas Béniès.

« Cosmic Dance », Julien Alour Quintet, Gaya Records distribution Socadisc.

Autres articles de la rubrique Autour du Jazz

  • "La comtesse aux pieds nus"
    Rhoda Scott, née le 4 juillet 1938, organiste, s’est fait remarquer – et toute la presse en est l’écho – en jouant pieds nus. Plus agréable pour elle, sans doute. Le reste, son jeu, sa capacité de... Lire la suite (27 mars)
  • "L’Arménie au cœur"
    Ce n’est jamais une bonne idée que d’ignorer ses racines, qu’elles soient réelles ou imaginaires. Le jazz, musique ouverte, a toujours permis l’arrivée de nouveaux affluents. Par définition, il ne se... Lire la suite (17 mars)
  • "Quand un pianiste rencontre un accordéoniste…"
    Les noms parlent et parlent du Sud. Jean-Marie Machado et Didier Ithursarry, l’un sent bon l’Andalousie et le Flamenco, l’autre le Pays Basque et cette langue rugueuse, étrange comme venue... Lire la suite (17 mars)
  • « For Maxim, a jazz love story », Julie Saury
    Il doit rester un grand fonde de sexisme lorsqu’il est question de musique et, particulièrement, dans le jazz. Les instruments auraient un sexe. La batterie notamment serait, malgré son genre,... Lire la suite (14 février)
  • « Elvin Jones, New York City – Stockholm, 1956-1962 »
    Elvin – son seul prénom suffit, le deuxième était Ray, 1927-2004 – est connu comme le batteur du quartet historique de John Coltrane qui a révolutionné dans les années 1960 les mondes du jazz.... Lire la suite (31 janvier)