Actualité théâtrale

Théâtre du Rond-Point, jusqu’au 28 février 2016

"Couple" un spectacle de et avec Gilles Gaston-Dreyfus Avec Gilles-Gaston Dreyfus et Anne Benoît.

Assis sur un canapé, un homme et une femme, en relatant des faits-divers meurtriers qui sont survenus près de chez eux, s’approchent, s’éloignent, s’aiment et se déchirent.

Entre deux "noirs", la même scène se répète et avec un rajout final relance à chaque fois la machine de la relation conjugale qui pourrait être l’illustration de la pensée, boutade ou pas : " Vivre en couple est le pire des choix, à part celui d’être seul"

Chaque séquence répétée donne un éclairage nouveau à la relation entre l’homme et la femme et sur la personnalité de chacun.

Mais dans une scène qui suit, l’homme peste contre le principe de donner à plusieurs reprises le même dialogue et tout à coup, le spectateur est projeté dans la représentation, peut-être même au théâtre.

Les pistes sont brouillées.

Sur quels ressorts un couple fonctionne-t-il ? Sur un mécanisme répétitif, sur un mélange d’amour et de haine, sur une complicité vieille de plusieurs années, sur le fossé qui a pu se creuser entre un homme et une femme offerts depuis des lustres, à un redoutable quotidien.

Le couple est-il une institution réduite au huis-clos, à un mélange pervers de sentiments dérivant sur une pente fatalement négative ?

Théâtre : couple

Le couple de "Couple " est-il à un moment crucial, à mi-chemin entre son passé et son futur ? Et qui de l’un ou de l’autre, au final, aura le dernier mot ?

Gilles Gaston –Dreyfus a écrit un texte fuyant, mais au bon sens du terme. Un dialogue incisif, cruel et drôle et qui ne mâche pas ses mots, sur le couple mais également sur ce que l’être humain a de criminel au fond de lui.

Un texte qui paraît avoir été écrit sur mesure pour Anne Benoît et pour lui-même. un texte prétexte à des digressions savoureuses dont les deux comédiens s’emparent avec un plaisir communicatif. C’est réaliste et c’est surréaliste, c’est aimable et cruel et ça fait mouche à tous les coups.

Anne Benoît, en grande dame du théâtre, joue avec sa partition avec autant de débordements que d’intelligence. Sa façon de sur-jouer relève du grand art. Et Gilles-Gaston Dreyfus quoique plus en retrait, n’est pas en reste.

Si, au final, on pourrait s’interroger sur le contenu du spectacle, on préfère s’en tenir à ce qu’on a vu et conclure à l’évidence : on a assisté à une fantaisie souvent brillante et en tous cas, toujours drôle à laquelle on a ri de bon cœur avec une furieuse envie d’applaudir.

Francis Dubois

Théâtre du Rond-Point 2, bis avenue Franklin Roosevelt 75 008 Paris.

Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative 01 44 95 21

Accueil

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « L’ombre de Stella »
    Mylène a passé sa vie dans l’ombre de Stella, une star qui a connu son heure de gloire dans l’immédiat avant-guerre et surtout pendant l’Occupation. Aujourd’hui c’est Mylène qui parle, on la paie pour... Lire la suite (20 mai)
  • "Le cabaret de la crise"
    Difficile digestion des chiffres ? Crise de l’emploi du foie ? Dépression économique et sociale du moral ? Voilà ce qu’il vous faut ! Adèle Frantz et Luigi Cerri, superbes médecins moliéresques du rire... Lire la suite (17 mai)
  • « Histoire du soldat »
    C’est en 1918 que l’amitié de Charles-Ferdinand Ramuz et Stravinsky va donner naissance à ce petit chef d’œuvre. S’inspirant d’un conte populaire russe, cette histoire est celle d’un jeune soldat partant... Lire la suite (17 mai)
  • « Nature morte dans un fossé »
    Après une soirée très arrosée dans une discothèque, un jeune homme fonce avec sa voiture dans un arbre. Il s’en sort sans une égratignure, mais dans son errance sur le bas-côté de la route, il tombe sur... Lire la suite (13 mai)
  • « Le testament de Marie »
    Donner la parole à la mère du Christ, une des femmes les plus célèbres et les plus représentées dans l’art occidental, c’est ce que fait dans ce texte l’auteur irlandais Colm Tóibìn et c’est l’image... Lire la suite (12 mai)