Actualité théâtrale

A la Maison de la Poésie - Paris

"De la montagne et de la fin" d’après Marina Tsvetaeva Mise en scène de Nicolas Struve. Jusqu’au 28 juin

Marina Tsvetaeva, poétesse russe naquit à Moscou en 1892. Elle connut un exil de dix sept années. Deux ans après son retour dans son pays natal, elle se suicide. Elle laisse une œuvre poétique importante.
Septembre 1923, Marina Tsvetaeva rencontre Konstantin Rodzevitch. Même si leur amour ne dure que quelques semaines, il est pour elle d’une rare intensité et elle le considérera comme le plus fort qu’elle ait connu.
De cette approche de l’autre, restent trente et une lettres qu’elle écrivit chaque jour, qui traduisent à la fois, l’absolu, l’errance, le doute et le désir et dont la lecture en continu constitue une sorte de conte, allant du merveilleux à la souffrance, de la gravité à la légèreté, de la candeur à la maturité, de la certitude aux affres du doute. Textes superbes de sensibilité, de justesse, touchant à la réflexion et à l’instinctif, cette correspondance est dite sur la scène de la petite salle de la Maison de la poésie par une merveilleuse comédienne, Stéphanie Schwartzbrod qui s’accapare chaque parcelle, chaque mot de cette histoire fulgurante et déjà fuyante, les illumine, les module de sa voix douce ou rude, d’un geste court mais précis, de son regard tour à tour malicieux, enfantin ou grave mais toujours lumineux, de sa présence rustique et élégante…
La complicité entre le texte et la comédienne touche à la perfection et on assiste à la mise en superposition de la comédienne et du personnage comme on assisterait à un tour de magie, sans qu’on n’ait rien vu venir.
Musique, vidéo légère et jeux d’éclairages subtiles confirment la qualité de ce spectacle réussi en tous points et dont on garde en sortant toutes sortes d’images persistantes
Francis Dubois.

Réservations = partenariat Réduc’snes tarifs réduits mais sur réservation impérative.

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Unwanted »
    L’auteur, chanteuse et chorégraphe de nationalité britannique, Dorothée Munyaneza, est originaire du Rwanda. Marquée par plusieurs films et documentaires sur le génocide rwandais et le viol des femmes... Lire la suite (23 octobre)
  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)