Conseil supérieur de l’éducation

Déclaration SNES au CSE du 24 octobre 2012

Alors que le projet de loi pour la refondation de l’Ecole est en cours d’élaboration, le SNES tient à rappeler de façon solennelle l’extrême difficulté dans laquelle se trouvent les personnels dans les établissements.

Sur la réforme du lycée dans ses voies générale et technologique :
- L’AP rejetée par les enseignants, qui se traduit par une perte de repères, entraîne également des emplois du temps pour les enseignants comme pour les lycéens insupportables. Il y a urgence à recadrer ces heures.
- Les nouvelles épreuves de langues vivantes qui alourdissent la charge de travail de façon exponentielle des enseignants, désorganiseront les établissements en cours d’année...pour un bénéfice nul pour les lycéens, les horaires impartis aujourd’hui aux LV ne permettant pas une préparation sérieuse à ces nouvelles épreuves.
- L’Histoire-Géographie qui montre bien que l’on est conduit à des bricolages inacceptables dès lors qu’aucune remise à plat de la réforme du lycée n’est actée.
- dans les séries technologiques, la réforme continue à mettre enseignants et élèves en difficulté. En STI, les changements de disciplines imposés par le ministère, sont largement rejetés par les enseignants et risquent d’engendrer de nombreux problèmes lors des opérations de mutation, notamment pour les enseignements en Sections de Techniciens Supérieurs.
- Nous sommes toujours en attente de l’abrogation de la note de vie scolaire unanimement contestée lors de la consultation sur la refondation de l’Ecole.
- Sur l’orientation scolaire : nous dénonçons le glissement de missions vers les enseignants, labellisations qui se poursuivent dans une totale anarchie....alors que le spectre de la territorialisation du SPO se précise dans les plus mauvaises conditions pour les personnels et l’exercice de leurs missions.

A cela s’ajoute une hausse des effectifs de classe, une chasse aux heures statutaires qui se traduit par une augmentation de la charge de travail, un sentiment d’abandon des personnels qui n’en peuvent plus.
Nous ne voulons pas que les espoirs suscités par la nouvelle loi d’orientation et de programmation débouchent sur le creusement du fossé déjà trop important entre l’administration et les personnels. Il y va de l’avenir du second degré, de l’atteinte de l’objectif que nous partageons tous de lutter contre l’échec scolaire et les sorties sans qualification ;

Il est temps encore de prendre les mesures d’urgence nécessaires et d’entendre la voix des personnels pour la loi.

D’autre part, et plus ponctuellement :

Le SNES soutient la demande de retrait de l’ordre du jour du texte sur les modalités d’élection des représentants en raison de l’absence de représentants des lycéens pouvant participer au vote.

La direction de l’enseignement supérieure ayant transmis, après la CSL, un projet de référentiel du BTS systèmes numériques comportant une grille horaire largement modifiée. Cette grille n’ayant pas été discutée, le SNES demande le retrait de ce texte.

Autres articles de la rubrique Conseil supérieur de l’éducation