US Magazine 745 du 27 septembre 2014

Défendre les formations en BTS

LE SNES-FSU RÉAFFIRME de congrès en congrès son attachement à la diversification des voies de formation. La voie technologique a fait depuis longtemps la preuve de son efficacité. Le débouché des bacheliers technologiques est le plus souvent un BTS à proximité de leur domicile, diplôme qui leur permet autant l’insertion professionnelle que la poursuite d’étude en licence et au-delà.

Le SNES-FSU intervient en commission professionnelle consultative (CPC) pour contrer la volonté de l’inspection générale de technologie de fusionner des BTS de spécialité. En généralisant les contenus, ces projets, récurrents à l’occasion des rénovations de référentiels de BTS, vident de sens ces formations spécialisées au risque de décevoir également les futurs employeurs qui seront tentés de se tourner vers des niveaux de qualification plus élevés pour recruter.

Des formations ancrées sur les métiers

Le SNES-FSU se bat pour conserver des BTS ancrés sur les métiers afin de garantir l’insertion professionnelle des étudiants. Il trouve des soutiens notamment auprès des responsables patronaux des PME PMI qui peinent à trouver les techniciens supérieurs capables de s’investir dans les productions diverses de l’industrie, dont les besoins en recrutement seront pourtant élevés (entre 115 000 et 128 000 par an d’ici 2020 dans le secteur de la métallurgie par exemple).

Pour l’avenir des jeunes et le développement économique

Le SNES s’oppose ainsi à la fusion des BTS du secteur génie mécanique qui se dessine par la recherche de « subtils » enseignements transversaux communs aux BTS Industrialisation des produits mécaniques (IPM), Études et Réalisation d’outillages (ERO) et Conception de Produits Industriels (CPI), voire même au-delà Forge Fonderie et Europlastic. Le but avoué de l’inspection générale est la recherche de regroupement de divisions de STS afin de réduire les coûts des formations et de pallier les difficultés de recrutement d’enseignants spécialisés. Peu leur importent les répercussions sur l’avenir des jeunes et l’impact sur le tissu économique.

Le SNES-FSU avec les enseignants des séries technologiques revendique le développement d’une voie technologique forte qui prépare au mieux les techniciens supérieurs qui auront à contribuer au redressement productif.

Guy Friadt
enseignements.technologiques@snes.edu

Autres articles de la rubrique US Magazine 745 du 27 septembre 2014