actualités

Dernières propositions pour le programme de seconde

Un projet de programme pour les secondes européo-centré, qui met l’accent sur le culturel et le religieux, qui tend à l’accumulation et le saupoudrage incohérent.

Nous avons eu part, le jeudi 21 novembre, des dernières modifications apportées au projet de programme de secondes, par le groupe d’experts chargé de leur rédaction.

En géographie, il n’y a pour ainsi dire pas de changements. En revanche, en histoire, le programme a été revu depuis notre consultation du 7 janvier et les remarques que nous avions transmises à l’I.G. après notre journée de réflexion du 14 janvier.

Ce projet suscite notre déception et une grande interrogation quant aux principes qui sous-tendent à sa confection.

En effet, le programme apparaît trop long, et donc infaisable, et on peut douter de la pertinence de certains thèmes (par exemple, pourquoi insister sur la figure d’Hildegarde de Bingen pour la période médiévale ? Quelle est la cohérence du chapitre 4 sur l’époque moderne ?).

Surtout, le programme ferme l’espace d’étude sur l’Europe occidentale (les finalités civiques et la fabrique du citoyen européen l’ont emporté). Ainsi, le chapitre sur les civilisations autour de la Méditerranée au XIIème siècle est écarté (et donc l’ouverture sur le monde arabo-musulman), au profit d’une vision particulièrement réductrice de la période médiévale, qui met en valeur le caractère rural de la société occidentale, déniant l’omniprésence des échanges de toute nature greffés sur ces sociétés, insistant sur la Chrétienté et l’imaginaire féodal (histoire culturelle oblige). D’une façon générale, aucune vision de l’Autre n’est proposée. Certes, on pourra apporter un éclairage sur Istanbul, Pékin ou Mexico, mais la concession est bien maigre au regard de l’ampleur du thème 4. Par ailleurs, rien sur l’Asie, sur l’Afrique, sur l’Europe replacée dans le monde...

Par ailleurs, c’est une vision de l’Europe implicite qui apparaît en filigranne : un Occident chrétien très pacifié. Où sont les communautés juives et musulmanes ? Quid de la Méditerranée et des croisades ? Où sont les guerres de religion (aussi importantes pour comprendre les évolutions politiques, culturelles et sociales) ? Tout ce qui peut représenter des ruptures, des tensions, des affrontements est évacué... S’il y a guerres ou révolution, c’est majoritairement ici pour émanciper les peuples. Une place a été faite à l’histoire des femmes, à travers l’étude de figures comme Hildegarde de Bingen ou Emilie du Chatelet, mais cette approche oublie les femmes en tant que groupe social.

Une inflexion a bel et bien été donnée en faveur de l’histoire culturelle et religieuse, au détriment de l’histoire sociale et économique, qui n’existe que de façon marginale.

Certes, dans le contexte de la réforme, les rédacteurs devaient faire des choix... Il aurait pu sembler au moins pertinent de ne pas revenir sur les thèmes traités au collège, avec la même entrée ou presque ! Les redondances avec les programmes du collège sont en effet nombreuses, et l’absence de choix opérés (toutes les périodes sont abordées, et à l’intérieur d’un même thème, tous les aspects classiquement traités dans l’histoire scolaire) les rend indigestes.

Cet ensemble est inquiétant pour les enseignants qui devront le mettre en oeuvre : les élèves auront beaucoup de mal à trouver du sens dans cette accumulation de thèmes et de questions à l’intérieur des thèmes sans passerelle. Ces contenus étant pour une grande part une répétition des programmes de collège, on doute que cela permette de construire un itinéraire séduisant pour les élèves, dont les questionnements au lycée sont différents de ceux menés au collège.

On peut aussi se demander quelle histoire enseigner, alors que la réduction des horaires et la disparition des modules vont mettre à mal la problématisation et l’étude critique de documents. Ils nous apparaissent donc contestables sur le plan intellectuel, car ils sont réducteurs, guère fondés sur une démarche heuristique et sur les apports historiographiques récents, et constestables sur le plan des finalités qui les sous-tendent.

* * *

Les derniers articles de la rubrique « actualités »

  • Bienvenue dans la rubrique Histoire géographie.

    L’histoire géographie en tant que discipline scolaire a une existence ancienne dans l’enseignement secondaire. Elle est depuis la fin du XIXème siècle, étroitement liée au projet républicain. En cela, elle a toujours eu comme objectif de participer à la formation de la communauté nationale et du futur citoyen. Cela explique sa présence tout au long du collège mais aussi du lycée. Quelque soit la filière en effet, tous les candidats au bac passent une épreuve écrite pour cette discipline.
    Les finalités (...)

    30 août
  • DNB d’histoire-géographie-éducation civique 2014 : premières analyses.

    Le cru du DNB 2013 avait été tellement calamiteux qu’il n’est pas difficile de trouver au moins quelques qualités à celui de 2014.
    La principale d’entre elles, on ne peut l’occulter, est que le questionnement porte moins sur la fin de programme, ou sur des points marginaux pour lesquels on susciterait ensuite des développements construits de la part de l’élève.
    On peut s’interroger devant ce qui est proposé ici, les sujets mis à l’étude étant nettement moins problématiques que la structure même de (...)

    27 juin
  • bac et brevet en histoire-géo : grandeur de la France, misère des épreuves

    Sujet d’Amérique du Nord au DNB, sujet de bac de la série STMG : la grandeur de la France ne se discute pas.

    17 juin
  • Allégements de programmes en Histoire-Géographie

    Le SNES porte les demandes d’allègements auprès du ministère en urgence pour les 3ème et Terminales depuis au moins un an. Il a initié la mobilisation collective sous plusieurs formes afin d’être entendu. L’audience auprès de la DGESCO en juin dernier n’avait pas été suivie d’effets immédiats.Nous regrettons vivement que le ministère ait annoncé si tardivement ce projet d’allègements tant (...)

    Septembre 2013
  • Réaménagements des programmes de 3ème et de Terminale en histoire géo : enfin entendus !

    Les organisations syndicales ont été reçues au ministère pour discuter des réaménagements de ces programmes et des sujets aux examens. Des projets d’allègements ont été discutés et sont en cours de finalisation.
    A lire sur le site Eduscol Des allègements substantiels vont être présentés au CSE du 19 septembre pour entrer en vigueur dès cette année. S’ils restent en partie insuffisants et ne résolvent pas tous les problèmes, ils devraient permettre cependant de desserrer l’étau dans les classes concernées. (...)

    Août 2013