Actualité solidarités internationales

Des universitaires turcs menacés

Alors qu’une tentative de coup d’état secoue la Turquie, le SNES-FSU rappelle que des universitaires et des syndicalistes luttent courageusement et pacifiquement pour la démocratie dans ce pays, au péril de leur condition de vie.

Nos camarades turcs d’Egitim-Sen nous informent que, depuis la dernière action menée pour protéger les droits des universitaires, 453 d’entre eux travaillant dans des institutions publiques et 63 dans le secteur privé font actuellement l’objet de plusieurs enquêtes internes lancées par le Conseil turc de l’enseignement supérieur, pour avoir signé la déclaration en faveur de la paix intitulée Nous ne serons pas complices de ce crime. L’enquête concernant les dossiers de 25 universitaires, parmi lesquels 15 membres d’Egitim-Sen, doit être examinée le 20 juillet 2016 par le Conseil turc de l’enseignement supérieur (connu en Turquie sous le nom de Yüksek Öğretim Kurulu – YÖK). Les universitaires concernés risquent de perdre leur emploi au sein de la fonction publique. Si le YÖK décide de poursuivre sa procédure d’investigation, ces universitaires ne seraient plus jamais autorisés à travailler dans une université sur le sol turc.

Dans la ligne de sa dernière action de solidarité avec les démocrates turcs qui luttent courageusement, le SNES-FSU apporte au soutien entier au syndicat Egitim-Sen.
Il s’est adressé au ministre des affaires étrangères JM Ayrault ainsi qu’aux autorités turques afin de dénoncer les attaques contre la démocratie et la liberté d’expression en Turquie. La répression des universitaires est d’autant plus incompatible avec les valeurs de l’espace européen de l’enseignement supérieur, auquel la turquie participe.

Autres articles de la rubrique Actualité solidarités internationales