Actualité des CPGE

Dispositif "Meilleurs Bacheliers" : le SNES-FSU entendu

L’article L.612-3-1 de la loi relative à l’enseignement supérieur et à la recherche du 22 juillet 2013 a pour objet de faciliter l’accès des meilleurs bacheliers aux filières sélectives. Le décret d’application du 17 février 2016 fixe, comme en 2014 et 2015, à 10% le pourcentage des meilleurs bacheliers par filière de chaque lycée qui ont un droit d’accès dans les formations sélectives publiques.

L’objectif du dispositif "Meilleurs Bacheliers" était avant tout
►de lutter contre l’autocensure d’élèves aux résultats solides dans leur choix de poursuite d’étude ;
►d’offrir une deuxième chance à des élèves qui n’auraient pas été jugés à leur juste valeur en raison de la mauvaise image de l’établissement dont ils proviennent.

Cependant, lors de la campagne 2015, le SNES-FSU avait constaté une évolution dans la mise en œuvre du dispositif "Meilleurs Bacheliers" avec un changement dans les paramétrages d’APB. De ce fait, dans certaines académies, le rectorat avait proposé, à des élèves ayant déjà une place en prépa, une place dans une autre prépa qui serait « de meilleure réputation », ce qui avait provoqué des réactions en chaînes dans les affectations et aggravé les déséquilibres d’effectifs entre lycées. Ce stratagème avait permis au ministère de donner l’impression "d’améliorer l’efficacité" du dispositif puisqu’en 2015 ce sont 1 614 bacheliers qui ont pu bénéficier du dispositif, bien au-delà des 223 bacheliers de 2014.

Le SNES-FSU était alors intervenu auprès de la DGESIP et lors du Conseil Supérieur de l’Éducation (CSE) du 10 décembre 2015 pour demander l’arrêt du dévoiement du dispositif qui était devenu un outil de communication au service de la ministre de l’Éducation Nationale. Le SNES-FSU avait présenté lors de cette séance du CSE un voeu -qui avait recueilli un vote majoritaire mais pas le soutien du SNALC- demandant que le dispositif ne s’applique qu’aux meilleurs bacheliers qui n’auraient pas reçu de réponse positive d’une filière sélective lors des deux première phase d’APB.

Or, c’est bien l’esprit du vœu du SNES-FSU que reprend la circulaire du 26 mai 2016 signée par la directrice générale de la DGESIP. Cette circulaire indique, en effet, que parmi les élèves éligibles au dispositif ne sont pas retenus ceux " qui ont obtenu à l’issue des deux premières phases de la procédure normale d’APB une proposition d’admission sur une formation sélective publique quelle qu’elle soit et quel que soit le rang de vœu ."

Le texte précise également que, pour pouvoir mettre en œuvre le dispositif, il est demandé "à chaque établissement disposant de formations sélectives publiques de réserver une place dans chaque division ou classe" afin d’accueillir un "meilleur bachelier".

Si vous constatez des dysfonctionnements dans la procédure de recrutement en raison d’une mauvaise mise en œuvre du dispositif "Meilleurs Bacheliers"n’hésitez pas à prévenir le SNES-FSU à l’adresse suivante : prepas@snes.edu

Autres articles de la rubrique Actualité des CPGE