US 771 du 10 juin 2017

EAF : la mobilisation paie !

Saisi par la FSU, le CHSCTM a émis un avis listant les préconisations pour garantir de bonnes conditions de travail aux enseignants convoqués pour évaluer les épreuves anticipées de français.

Les rectorats doivent en théorie tenir compte de cet avis. Force est de constater que bien peu d’entre eux y parviennent tant l’augmentation du nombre d’élèves rend difficile l’exercice. Cependant, l’exemple de l’académie d’Orléans-Tours montre à quel point l’action syndicale est payante quand elle s’appuie à la fois sur une mobilisation forte et un avis du CHSCT.

Dans l’académie d’Orléans-Tours, on compte cette année 700 élèves supplémentaires en Première générale et technologique. S’annonçait donc une dégradation sensible des conditions de correction et d’examen. Pour les épreuves anticipées de français, le rectorat prévoyait ainsi en janvier dernier une moyenne de 84 copies par correcteur. La section académique du SNES-FSU a alors rapidement alerté les collègues et déposé un avis au CHSCT académique, relayant celui du CHSCT ministériel. Dans le même temps, se sont multipliées les actions collectives à l’échelle des établissements comme des départements. Lors du Comité technique académique du 14 mars, le rectorat a d’abord annoncé un retour aux conditions de juin 2016, concession bien insuffisante.

ALLÉGEMENT DE LA CHARGE DE TRAVAIL

Une pétition intersyndicale signée par les collègues de Lettres de plus de la moitié des lycées de l’académie a permis de maintenir la pression pour améliorer encore les conditions d’examen. Un travail s’est engagé avec le rectorat, les IPR et la Division des examens et concours (DEC) pour aboutir à un allégement de la charge de travail. En audience, le 24 mai dernier, le rectorat s’est engagé à donner des consignes aux chefs d’établissement pour dispenser de surveillance de bac les collègues de français convoqués aux épreuves écrites et orales, et à revoir les situations de ceux cumula<nt charge de travail lourde (plus de 65 copies) et un trajet long. Un groupe de travail se réunira à la fin du trimestre prochain pour reprendre les points en suspens, notamment la possibilité pour les collègues de faire des vœux géographiques pour les convocations aux examens.

Olivier Lelarge, Joanna Pfeiffer,
secrétaires académiques du S3 Orléans-Tours

Autres articles de la rubrique US 771 du 10 juin 2017

  • Baccalauréat "Muscler le bac" ... ou pas !
    « J’ai toujours été un défenseur inconditionnel du baccalauréat » a assuré le nouveau ministre pour annoncer l’ouverture prochaine de discussions, sans en préciser pour autant le calendrier. Il s’agirait... Lire la suite (14 juin)
  • Rémunération des examens : exiger son dû
    Sur indication du ministère, de nombreux rectorats ont décidé de ne pas rémunérer la participation à certaines épreuves d’examen. Le SNES-FSU met donc en œuvre un dispositif spécifique d’intervention.... Lire la suite (14 juin)
  • Philosophie
    En cette fin d’année, les enseignants de philosophie dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail induites par la réforme du lycée et le calendrier du baccalauréat. La réforme a réduit... Lire la suite (14 juin)
  • Informatique et science du numérique
    Le Conseil supérieur des programmes a proposé des aménagements de l’enseignement de spécialité de TS ISN. Le programme propose des allégements bienvenus qui semblent correspondre à la réalité de ce qui... Lire la suite (14 juin)
  • Apprentis au lycée : avis du CA obligatoire
    Plusieurs recteurs prévoient le développement de l’apprentissage en imposant des quotas d’apprentis dans les classes des lycées professionnels et des lycées technologiques pour les formations de CAP,... Lire la suite (14 juin)