Actualité théâtrale

Depuis le 15 septembre au Théâtre du Palais Royal

« Edmond »

En 1897, Edmond Rostand est déprimé en raison du récent échec de sa pièce en vers. En dépit de l’amitié et de l’admiration de Sarah Bernhardt, alors au sommet de sa gloire, il n’arrive plus à écrire et vit avec sa femme et ses deux enfants dans la pauvreté. Brusquement un acteur célèbre, Constant Coquelin, ami de l’actrice lui commande une pièce en vers. Ce doit être une comédie, elle doit être prête pour être jouée pour les fêtes. Or on est déjà début décembre, Edmond n’a qu’un titre et un personnage, Cyrano et il n’a pas encore écrit un vers ! Pris à la gorge, il accepte et s’attelle au travail. En dépit du manque d’enthousiasme de son entourage, des sollicitations incessantes de son ami qui a besoin de son talent pour réussir dans ses entreprises amoureuses, des caprices des actrices, des exigences des producteurs (corses) et de la jalousie de sa femme il va réussir à écrire et créer son chef-d’œuvre, une pièce monstre en cinq actes avec une scène de bataille, un duel et 100 personnes sur scène. La pièce déchaînera l’enthousiasme avec vingt minutes de rappel et son succès ne s’est pas démenti depuis.
Alexis Michalik, auteur et metteur en scène, dont le succès ne se dément pas et qui a déjà obtenu trois Molières, s’est intéressé à Edmond Rostand et nous raconte la genèse, imaginaire mais tellement séduisante, de cette première mythique de Cyrano. Il imagine un Edmond faisant son miel de la situation de son ami Léo, séducteur sans esprit, pour qui il écrit des lettres d’amour ou rebondissant sur les réparties gouailleuses du cafetier Monsieur Honoré. Il fait des producteurs des sortes de mafieux corses, propriétaires de maisons closes, imposant leur maîtresse comme actrice. Il nous offre un Edmond exténué par son environnement envahissant et qui, pourtant, avance au milieu de tous ces écueils.
culture/théâtre
Dans des décors chargés qui changent sans cesse avec une rapidité qui fait tourner la tête, des espaces divers apparaissent, chambre d’Edmond, scène de théâtre, coulisses, renvoyant à la période de création de la pièce, mais avec un léger décalage qui évite tout réalisme. Alexis Michalik a su retrouver l’esprit des grandes épopées théâtrales du XIXème siècle avec un vrai travail de troupe (il y a douze comédiens sur scène) et pourtant ce n’est en rien daté. Il y a du recul, de l’humour et l’on rit beaucoup des mésaventures d’Edmond. Tous les comédiens mériteraient d’être cités. Il y a bien sûr Guillaume Sentou qui crée un Edmond pris dans ce tourbillon, mais qui toujours retrouve son équilibre pour avancer sa pièce. Pierre Forest est Constant Coquelin, l’acteur tonitruant et rebelle qui joue Cyrano et Christine Bonnard (Roxane) est la comédienne capricieuse, qui se lamente que la pièce ne cesse de s’allonger, l’obligeant à apprendre de plus en plus de vers. Valérie Vogt incarne une Sarah Bernhardt, diva de caractère et vrai tourbillon (il faut la voir écourtant les rappels de sa propre pièce pour pouvoir aller voir le dernier acte de Cyrano). Christian Mulot et Pierre Benezit campent les deux producteurs, caricatures de maffieux corses hilarants.
C’est un magnifique hommage à Edmond Rostand et à son Cyrano, plein de rires et d’émotion. Courez-y !
Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 16h30
Théâtre du Palais Royal
38 rue de Montpensier, 75001 Paris
Réservation : 01 42 97 40 00
Se réclamer du Snes et de cet article : demande de partenariat Réduc’snes en cours

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « We love arabs »
    Hillel Kogan est un artiste engagé. Il est à la fois danseur, chorégraphe, interprète, acteur, concepteur et dramaturge mais cette accumulation de titres qui lui ont valu de nombreuses récompenses... Lire la suite (16 septembre)
  • « La nostalgie des blattes »
    Sur un plateau nu, une estrade, et sur cette estrade, assises sur deux simples chaises, deux femmes plus très jeunes. La plus ancienne dans son poste voit arriver la remplaçante avec une belle dose... Lire la suite (11 septembre)
  • « Trahisons » de Harold Pinter
    Jerry et Emma se retrouvent devant un verre deux ans après leur rupture. Leur embarras n’a d’égal que l’émotion de se revoir. Pendant des années, alors qu’une amitié sincère et de très longue date liait... Lire la suite (11 septembre)
  • « Les deux frères et les lions »
    Une ambiance très british avec chansons traditionnelles, thé et scones, nous accueille pour ce conte inspiré d’une histoire vraie, dont les héros sont encore vivants. Deux jumeaux habillés de la même... Lire la suite (7 septembre)
  • « Novecento »
    Novecento est un conte qui nous entraîne sur un paquebot transatlantique, à la rencontre de Novecento, né et abandonné sur le piano de la salle de bal du bateau, devenu un musicien de génie et qui... Lire la suite (5 septembre)