Actualité théâtrale

Au Petit Montparnasse, jusqu’au 31/12/2016

"Enfance" d’après Nathalie Sarraute. Mise en scène Samir Siad.

"Enfance" n’est pas un texte destiné au théâtre.

Sur les soixante-dix fragments qui le composent, l’adaptation qu’en a faite Samir Siad et ses collaborateurs de la Compagnie "Théâtre en Partance" n’en ont retenu qu’une dizaine, judicieusement choisis pour qu’une construction théâtrale apparaisse et pour que le spectateur devienne, depuis sa place, le témoin utile.

Théâtre : enfance

Nathalie Sarraute écrivait dans les cafés et c’est dans ce cadre commun et prosaïque que s’ouvre le spectacle. Une bande-son évocatrice avec léger brouhaha et l’auteur s’interroge d’entrée sur le bien-fondé de son projet de revenir, à un âge tardif, sur son enfance, sur la mise à jour de ces drames enfouis, de ces déchirements douloureux ; une démarche qui s’avérera finalement bénéfique, synonyme de guérison et de libération.

Une plongée dans les mots pour revenir sur ceux toujours persistants qui ont failli la "dévorer" et "l’enfermer".

Que reste-t-il d’une enfance passée par le filtre de décennies et quels en sont les moments saillants persistants ? Quelquefois le souvenir est anodin. Mais si insignifiant soit-il, s’il a résisté au temps, c’est qu’il a pesé son poids et qu’il était lourd de signification.

La recommandation à propos de la bonne mastication d’un morceau de viande qui ne doit être ingurgité que quand il est "aussi liquide que de la soupe", la réponse au sens d’un refus quand il tient au seul bloc de mots : "parce que ça ne se fait pas". Le père qui anticipe son départ de la maison et lance, avant d’avoir refermé la porte, "Je suis parti" sont autant d’instants de l’enfance qui ont fait leur chemin et raviné la mémoire.

On aura compris que l’objet de la requête de Nathalie Sarraute, quand elle revient sur son enfance est tout, sauf celui de raconter le début de sa vie en alignant des anecdotes.

Son objectif n’est pas de divertir mais de nous entraîner dans une plongée au sein d’un magma d’émotions, de sensations et surtout de paroles qui l’ont construite et continuent de la hanter.

Une mise en scène sobre toute au service du texte et de l’interprétation, un jeu de lumières subtil et efficace, quelques feuillets éparpillés sur le plateau, un trench que la comédienne revêt ou dont elle se débarrasse pour figurer les départs et les séparations, pour tout décor la table de café où l’auteure vient écrire et le champ est libre pour l’interprète, Valérie Aubert, qui l’occupe pleinement, alternant les moments de retenue et d’autres de puissance, où elle s’enflamme, se révolte, exulte.

Tout cela est virtuose, mesuré, millimétré et il résulte au final un beau travail sur le mystère de la mémoire et sur le regard singulier que Nathalie Sarraute porte sur son passé lointain.

Un beau spectacle à ne pas manquer.

Francis Dubois

Théâtre du Petit Montparnasse 31 rue de la Gaité 75 014 Paris

Le samedi 14 heures, le dimanche 17h 30 et le lundi 19h 30, jusqu’au 31 décembre 2016.

Réservations au 01 43 22 77 74 / www.theatremontparnasse.com

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Europe connexion »
    L’homme qui nous parle, qui nous tutoie et dont nous ignorons le nom, est lobbyiste. Auparavant, il a été assistant parlementaire d’une députée européenne siégeant dans la Commission environnement, santé... Lire la suite (22 janvier)
  • « Supershowman »
    Supershowman, qu’on pourrait considérer comme un cousin belge de Superman, est envoyé sur terre par son père, qui attend de lui qu’il pompe l’air de la terre pour sauver son petit astéroïde, la planète... Lire la suite (21 janvier)
  • « Banque centrale »
    Quel est le rôle d’une Banque Centrale ? Comment se fait-il que les États ne puissent plus lui emprunter comme ils le faisaient, il n’y a pas si longtemps ? Et d’ailleurs qui crée la monnaie ? D’où... Lire la suite (19 janvier)
  • "Moi et François Mitterrand"
    "Moi et François Mitterrand", dont la critique, quand cela se jouait au Rond-point est ici : "Moi et François Mitterrand" de Hervé Le Tellier. est reprise à partir du 25 janvier, du mardi au samedi... Lire la suite (18 janvier)
  • « Le temps et la chambre »
    Dans cette pièce mystérieuse de Botho Strauss, il y a une femme, Marie Steuber. Dans la chambre où Olaf est assis dans un fauteuil, Julius raconte à son ami ce qu’il voit dans la rue par la fenêtre et... Lire la suite (16 janvier)