2010

Enseignement d’exploration « Littérature et société » Enquête auprès des enseignants de lettres syndiqués

Le groupe lettres du SNES a proposé aux syndiqués une consultation sur ce nouvel enseignement qui, dans le cadre de la réforme du lycée, est censé favoriser l’orientation en L.

Si ce sont des collègues de lycée qui ont majoritairement répondu, 34% des réponses viennent d’enseignants de collège. Remarquons que la consultation à la charge des recteurs ne s’est faite, quand elle s’est faite, qu’auprès des professeurs de lycée. D’ailleurs plus de 90% des collègues qui ont répondu à notre enquête disent n’avoir pas répondu à celle du ministère.

L’organisation de l’EE :
Le programme ne définit clairement ni les contenus à enseigner ni les conditions d’enseignement mais il conseille d’associer des professeurs de lettres et d’histoire-géographie. Pourtant, contrairement aux TPE, l’EE ne prévoit pas que deux enseignants soient payés 1h30 pour une seule classe. Si cela est possible, ce n’est pas obligatoire : il faut alors prendre 1h30 sur le « forfait » de 10h30 de dédoublement. 40% des personnes interrogées disent que l’EE sera, dans leur lycée, confié à un prof d’histoire-géo, contre 60% à un prof de lettres. Il faudra bien sûr attendre la rentrée pour faire un état des lieux précis de la situation. 42% se déclarent volontaires pour prendre en charge cet EE, quand 22% s’y refusent d’emblée. A propos des conditions d’enseignement, les deux tiers considèrent qu’il est impossible de mener à bien cet EE en classe entière (contre 10% qui pensent que c’est possible). Pourtant, il semble que dans la majorité des établissements, le dédoublement ne soit pas prévu pour « Littérature et société ».

L’enseignement de la littérature :
L’intitulé de cet EE laisse croire qu’il s’agit de promouvoir l’enseignement de la littérature dans une perspective plutôt contemporaine, or 60% des collègues estiment qu’il n’a pas vraiment pour objet la littérature. Seuls 6,5% pensent qu’il porte essentiellement sur l’étude de la littérature. Parmi les 6 « domaines » qui constituent le programme, deux sont jugés intéressants par plus de 80% des personnes interrogées : « Ecrire pour changer le monde » et « Regards sur l’autre et sur l’ailleurs », deux thèmes qui ont un lien direct avec la littérature et sont déjà en partie abordés dans le programme actuel de français. « Images et langages » est aussi un domaine apprécié par les collègues (45,4%). Mais ils pensent que globalement les problématiques de ces domaines sont « trop peu littéraires » (52,3%) ou « trop générales » (40,8%). En revanche, 13,8% les trouvent « intéressantes » et 0,8% « claires et précises ».
Le domaine « Des tablettes d’argile à l’écran numérique » est jugé peu intéressant mais parmi les propositions faites à l’intérieur de ce thème, c’est le sujet le plus directement littéraire qui attire les collègues : « Lectures et lecteurs hier et aujourd’hui » et dans une moindre mesure, ceux qui traitent du livre comme objet : « Les grandes révolutions du livre : histoire de ses formes et de ses supports ; Les livres sacrés ». Les autres propositions s’adressent plus au professeur d’histoire-géographie, voire au technicien de l’informatique.

L’orientation en L :
Alors que le préambule du programme précise : « Cet enseignement d’exploration vise à renforcer l’attractivité de la voie littéraire », 62% estiment que cet EE n’aidera pas les élèves de 2de à s’orienter en L. Seuls 3,3% sont pleinement convaincus. D’ailleurs ils sont plus de 70% à penser qu’il ne valorisera pas l’enseignement des lettres au lycée. En effet, quand on compare ce programme et celui de la classe de 1ère en français (L comprise), on peut dire qu’il y a « tromperie sur la marchandise ». Comment ces activités de découvertes des métiers, mises en œuvre par des enseignants qui ne les connaissent pas, pourraient donner aux élèves de 2de la moindre idée de ce qu’est l’enseignement des lettres en classe littéraire ? Comment sauront-ils s’ils peuvent réussir en L ?

Les pratiques d’enseignement
Le programme reste très flou sur les pratiques à mettre en œuvre et encore plus sur les conditions qui seront données dans les lycées. L’autonomie est le maitre mot : chacun fait comme il peut ! Et ça ne va pas être simple puisque les dédoublements seront rares alors que ce serait une condition nécessaire et que le temps imparti est très court pour que les élèves mènent, de façon autonome, trois projets un tantinet constructifs. En plus, les problématiques ne sont pas jugées très claires ni très abordables. Alors quand on interroge les collègues sur les pratiques qu’ils comptent mettre en œuvre, on ne voit rien de très différent des pratiques actuelles : près de 60% envisagent de faire un cours dialogué, 60% prévoient des exposés, dossiers ou expositions d’élèves. Près de 61% pensent mener des activités à l’extérieur du lycée mais en auront-ils le temps et les moyens ? 77% estiment que le temps leur manquera pour mener à bien cet EE. En ce qui concerne l’évaluation du travail des élèves, 46% pensent utiliser une notation chiffrée, contrairement à ce qui est suggéré dans le programme, 30% prévoient une évaluation par validation de compétences.

Quant au programme de français, il n’était pas connu au moment de l’enquête mais plus de 90% pensaient qu’il fallait le remanier en partie ou totalement en raison de l’existence de cet EE. Pas sûr que le projet qui a été publié sur le site d’eduscol réponde à ce vœu. Certes le programme est « allégé » d’un objet d’étude mais son recentrage sur l’histoire littéraire risque de faire doublon avec les thèmes souvent historiques de « Littérature et société ».
Il serait en effet utile de s’interroger sur ce lien de plus en plus étroit entre littérature et histoire qui s’impose désormais dans tous les programmes du lycée, de l’enseignement d’exploration « Littérature et société » au programme de français de 2de dont tous les objets d’étude sont associés strictement à une période et un ou deux mouvements littéraires, jusqu’au choix des œuvres au programme pour le cours de littérature en Terminale L…

Autres articles de la rubrique 2010

  • Socle, livret & Co sur eduscol
    Pour connaître l’actualité des programmes et instructions officielles, nous avons pris l’habitude ne visiter le site d’eduscol, puisque la formation continue est totalement indigente, que nos IPR ne... Lire la suite (Novembre 2010)
  • Le nouveau programme de 1ère L (en bref)
    Ce programme est applicable à la rentrée 2011. Pour la classe de L, on retrouve la même logique dans la présentation et le cotenu du programme que pour le cours de tronc commun. Les élèves de 1ère... Lire la suite (Octobre 2010)
  • Le nouveau programme des 1ères générales (en bref)
    Ce programme est applicable à la rentrée 2011. Les élèves entrant en 1ère cette année-là n’auront pas traité le nouveau programme en 2de ! Le programme de 1ère est exactement dans le même esprit que... Lire la suite (Octobre 2010)
  • Sujet de brevet 2010 : pauvre Colette…
    Depuis 2 ans, les sujets de brevet sont de moins en moins conformes au programme de 3ème et de plus en plus dans « l’esprit » du socle commun. Les questions n’ont d’analyse que le nom : il s’agit le... Lire la suite (Octobre 2010)
  • Le groupe Lettres et la DGECO ne se quittent plus !
    Le programme de terminale L a fait le buzz dans les médias pendant plusieurs semaines en mai et juin. On a tout entendu sur les qualités littéraires du Général mais bien peu sur les considérations... Lire la suite (Octobre 2010)