Actualité théâtrale

Théâtre de l’Épée de Bois

"Est ou Ouest, procès d’intention" Du 5 au 23 décembre

Le théâtre d’agit-prop, cette forme de théâtre née après la Révolution russe et qui fut très populaire en Russie et en Allemagne dans les années 20 et 30, semblait avoir vécu après l’arrivée au pouvoir de Hitler. En dépit de quelques soubresauts à la fin des années 1960, la forme paraissait définitivement abandonnée. Et pourtant ce théâtre qui privilégie le message politique, qui peut être joué partout dans la rue ou dans les usines, qui interroge les spectateurs sur la vie dans la cité et sur les enjeux de pouvoir, qui mêle différentes formes du spectacle vivant, n’est-il pas parfaitement en harmonie avec le théâtre des origines ?

L’Allemand de l’Est, Burkhard Lehman, a souhaité reprendre cette tradition avec son Wahrschein Kabarett (wahr signifie en allemand vérité et schein apparence, tout un programme !). Dans la première partie de Est ou Ouest, une « créature », Martina K., qui a fui l’Allemagne de l’Est pour aller à l’Ouest avec l’espoir d’avoir une belle maison, de créer son entreprise et de manger du « vrai » chocolat, veut revenir à l’Est. Sous les huées, elle doit raconter les raisons de cet aller et retour et le public doit décider si on peut la laisser revenir. Mais on est en 1989 et la chute du mur change la donne. Avec trois fois rien, une bande-son d’époque de la télévision, des éclairages dans la nuit, des bandes de plastique qui interdisaient l’accès aux lieux et qui se brisent, un journaliste en imper qui offre du coca, des spectateurs invités à envahir la scène et à danser et sur qui pleuvent des billets de banque, on est à Berlin en 1989. Dans la seconde partie, Martina va, cette fois, être invitée à s’exprimer dans un talk show télévisé face à un meneur de jeu partisan et offensif et à une salle (nous, le public) que manipule un chauffeur de salle qui brandit des panneaux « huez, applaudissez, riez ».

De tout cela ressort un spectacle total, qui mêle théâtre, cabaret et cirque. Gritt Krausse est une Martina émouvante et persuasive. C’est à peu près son histoire qu’elle raconte (apparence et réalité !). Elle est aussi acrobate (tissu aérien), et tout en racontant son histoire et en expliquant que tout n’était pas négatif dans le système est-allemand, elle se laisse tomber de toute la hauteur du chapiteau, un de ses partenaires lui emboîte le pas au mât chinois. Á l’image des personnages qu’ils incarnent, ils cherchent à prendre de la hauteur pour comprendre, ils osent prendre des risques et quand ils tombent, c’est pour mieux rebondir. Le metteur en scène est sur scène, l’auteur est aussi acteur, l’actrice est aussi le personnage de l’histoire, tout cela renforce le flou entre le vrai et le faux. Le public est appelé à se prononcer, et cela marche ! Vrais ou faux spectateurs s’expriment, recueillent l’avis de leurs voisins et entrent dans le débat. Et le résultat est loin d’être manichéen. On ne remplace pas le vilain socialisme par le beau capitalisme ni l’inverse, la manipulation et la surveillance ne sont pas que d’un côté. Il y a une réflexion et des interrogations : quel monde voulons-nous, quels sont nos rêves et nos priorités ? Et tout cela fait un spectacle très rythmé, plein de lumière, de musique, d’émotion et d’humour. Courez-y !

Micheline Rousselet

Du mardi au samedi à 21h, le dimanche à 18h
Théâtre de l’Épée de Bois
Cartoucherie
Route du Champ de Manœuvre, 75012 Paris
Réservations (partenariat Réduc’snes tarifs réduits aux syndiqués Snes mais sur réservation impérative) : 01 48 08 39 74

Autres articles de la rubrique Actualité théâtrale

  • « Unwanted »
    L’auteur, chanteuse et chorégraphe de nationalité britannique, Dorothée Munyaneza, est originaire du Rwanda. Marquée par plusieurs films et documentaires sur le génocide rwandais et le viol des femmes... Lire la suite (23 octobre)
  • « La putain du dessus » Une pièce d’Antonis Tsipianitis
    « La putain du dessus » d’Antonis Tsipianitis, une pièce qui connaît un très grand succès en Grèce, retrace le destin d’une femme née dans une petite ville industrielle du nord-ouest du pays. Jeune,... Lire la suite (21 octobre)
  • « Pièce en plastique »
    Dans cette pièce écrite en 2015, Marius von Mayenburg met en scène une famille, bien installée socialement, dont il excelle à montrer les rêves avortés, les contradictions, les frustrations et le mal... Lire la suite (20 octobre)
  • « Le poète aveugle »
    Jan Lauwers appartient à une génération d’artistes reconnus dans toute l’Europe, qui réinvente une écriture où se mêlent théâtre, musique, installation et danse. C’est la première fois qu’il est invité à La... Lire la suite (20 octobre)
  • « Haskell Junction »
    C’est à l’occasion d’un voyage au Canada, où il découvre la ville de Stanstead installée sur la frontière canado-étasunienne que Renaud Cojo a l’idée de cette pièce. À l’heure où des migrants poussés par... Lire la suite (19 octobre)