Le métier en question(s)

Evaluation des enseignants : la logique à l’œuvre du Nouveau Management Public

La question de l’évaluation des personnels enseignants est une vieille rengaine qui refait surface régulièrement sur la scène politique : dans la perspective du nouveau management public, il semble insupportable, pour ceux qui nous gouvernent, de faire perdurer plus longtemps un système où la performance ne serait pas sans cesse mesurable en indicateurs « objectifs » et où les personnels, qui en sont les leviers essentiels, ne seraient pas soumis à l’obligation de résultats.
Fort de ce principe qu’un fonctionnaire ne peut être efficace qu’avec le bâton et la carotte, il est donc grand temps, pour le député Le Mener [1], de remettre le couvert sur l’évaluation au mérite des enseignants. Or, comment mieux mesurer ce mérite qu’en prenant en compte la performance de l’enseignant devant les élèves [2] ?
M. Le Mèner [3] lance trois pistes qui « méritent d’être, à tout le moins, discutées dans le cadre du chantier de la revalorisation » : rendre les critères d’évaluation plus consistants en s’appuyant sur des protocoles nationaux d’évaluation des acquis des élèves qui permettent d’appréhender les performances de chaque enseignant, introduire le chef d’établissement pour mener l’évaluation conjointement avec l’inspecteur, apprécier la valeur ajoutée « collective » de l’établissement en évaluant ce qu’il a apporté de plus à ses élèves par rapport à des établissements comparables.
Que seront ces fameux protocoles nationaux d’évaluation ? On se souvient comment ceux-ci ont été tentés et unanimement dénoncés dans le primaire… Au collège, l’évaluation du socle commun de connaissances et de compétences doit devenir un indicateur de la Lolf. Il pourra aussi remplir la fonction de mesure du mérite que le rapport préconise.
Enfin, ce « mérite », une fois dûment mesuré à l’aide d’indicateurs aussi intangibles, permettra d’accéder plus tôt à la hors-classe.
En effet, selon le rapporteur, le mode actuel de promotion d’échelon est trop lié aux notations et à l’ancienneté. Il propose une évaluation plus qualitative et préfère celui de l’accès à la hors classe qui comporterait des « avis croisés du chef d’établissement, de l’inspecteur et du recteur ». Il considère par ailleurs que ces promotions sont encore trop liées à la politique des pensions (accès à la hors classe trop tardif car peu avant la retraite donc sans effet « redynamisant de la carrière »). Le député propose donc que pour « récompenser » tous les enseignants méritants qui n’ont pas assez d’ancienneté (11éme échelon) de prévoir un « rendez-vous de carrière » pour les 40-45 ans, où un point serait fait sur la valeur professionnelle de l’enseignant de manière à décider de son avancement de grade par l’élargissement du taux d’accès à la hors classe. L’objectif est de « relancer les carrières et de motiver le corps enseignant ». Belle logique de compétition à l’œuvre !
Tout cela transpire la contagion du modèle britannique, où le salaire des enseignants varie sensiblement en fonction de son mérite et de son investissement dans une fonction hiérarchique intermédiaire. Ce que deviendrait, ici, le conseil pédagogique d’après le projet de décret de modification de statut des EPLE, qui accompagne le projet de la réforme du lycée.
Ce type de politique, mise en œuvre dans les pays anglo-saxons, a généré une souffrance au travail considérable chez les enseignants, et a eu des effets totalement contre-productifs sur la qualité de l’enseignement dispensé aux élèves.
Il semble que nos députés ne soient pas très bien informés de ces dernières analyses !

Alice Cardoso

Notes

[1Rapport pour avis de la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale sur le projet de loi de finances pour 2010, rendu public le 30 octobre 2009

[2Reprise de la politique éducative américaine : au lieu de subventionner davantage les établissements publics à destination des écoles les plus défavorisées, il faut jouer sur la qualité du leadership pédagogique en faisant pression sur les résultats, donc sur les enseignants.

[3Rapport pour avis de la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale sur le projet de loi de finances pour 2010, rendu public le 30 octobre 2009

Autres articles de la rubrique Le métier en question(s)