Archives Evaluation

Évaluation : notre mot à dire

Pendant 3 semaines, entre fin mars et mi avril, le ministère a lancé une consultation sur l’évaluation des enseignants. Conçue sous forme de groupes de discussion, entièrement gérée par une entreprise privée, cette consultation, très orientée, présente par ailleurs de nombreux biais. Le SNES a décidé, à travers un questionnaire qui sera mis en ligne, de donner les moyens à la profession de débattre et de prendre position sur cette question essentielle tant dans la conception et l’exercice de notre métier que pour notre progression de carrière.

Consultation en entonnoir

Nous avons dénoncé (cf. US précédents) un grand nombre de biais de la consultation ministérielle. Si l’intention de donner la parole aux enseignants peut sembler, a priori , louable, force est de constater que les modérateurs ont amené les participants à valider peu à peu des dogmes que la DGRH veut imposer : suppression de la notation, faire du chef d’établissement l’unique évaluateur des enseignants par exemple. Un grand nombre de collègues ne s’y sont pas laissés prendre et ont profité de la possibilité de contributions (souvent contrainte à une phrase) pour marquer leur opposition.

L’objectif du ministère est de donner la main aux chefs d’établissement sur nos carrières. Le ministère envisage de supprimer les trois rythmes d’avancement actuels (grand choix, choix et ancienneté) pour les remplacer par un rythme théorique unique pour tous. Mais, le chef d’établissement disposerait chaque année de mois de bonifications d’ancienneté qu’il pourrait attribuer à sa convenance pour permettre à certains collègues de réduire leur durée d’attente pour changer d’échelon. Il se trouverait ainsi investi comme le seul ayant une influence sur la carrière des enseignants, mettant les corps d’inspection hors-jeu.

Le ministère soutient que la mise en place de ce mécanisme se ferai à coût constant, mais on peut craindre que ce sera l’occasion pour lui de réduire le coût par rapport au système actuel. Au bout du compte, avec les économies budgétaires, chacun y perdra.

Le SNES en campagne

Le SNES considère que le ministère ne doit pas avoir le monopôle du débat. Il a donc décidé de lancer sa propre campagne de mobilisation et de débat autour de cette question. Pour le SNES, le débat doit d’abord porter sur ce qui doit être évalué et ensuite, sur qui doit avoir en charge les éléments à évaluer. Enfin, lorsque ces deux questions seront traitées, il faudra s’interroger pour savoir à quoi doit servir l’évaluation.

L’ensemble de la profession doit pouvoir se saisir de ces questions. Pour cela, elle doit avoir tous les éléments à sa disposition. C’est la raison pour laquelle le SNES met en ligne (http://www.snes.edu/-Evaluation-des-personnels,4740-.html) des éléments d’analyse, ces revendications ainsi que des contributions de collègues d’autres corps de l’Éducation Nationale pour lesquels l’évaluation et l’avancement de carrière sont déjà effectués par leur supérieur hiérarchique direct. N’hésitez pas à consulter régulièrement cette page.

Dans le même temps, le SNES lancera mi-mai un vaste questionnaire sous forme électronique et papier (par l’intermédiaire de nos sections dans les établissements). Son objectif, en particulier, est d’interroger la profession sur certaines des intentions du ministère qui transparaissent dans la consultation.

Le SNES invite l’ensemble des collègues à se saisir de ce questionnaire, des éléments d’analyse et des contributions publiées en ligne, afin de mener le débat dans tous les établissements.

Autres articles de la rubrique Archives Evaluation