Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

Un film de Lucile Hadzihalilovic (France/Espagne/Belgique)

"Evolution" Sortie en salles le 16 mars 2016.

Nicolas, un enfant de onze ans vit avec sa mère sur une île de l’Océan uniquement peuplée de femmes et de jeunes garçons.

Dans l’hôpital qui surplombe la mer, les garçonnets reçoivent un mystérieux traitement avant de subir une toute aussi mystérieuse intervention chirurgicale.

Nicolas qui est tenu à distance par ses camarades, semble être le seul à s’étonner de certains faits et à s’interroger.

Il a le sentiment que sa mère n’est pas sa mère et que celle-ci lui ment. Il voudrait bien savoir pour exercer quel rituel toutes les femmes de l’île se retrouvent la nuit, réunies sur la plage.

Finalement, Nicolas trouvera une alliée inattendue en la personne d’une jeune infirmière…

Le sujet d’" Evolution " est né de la fascination de Lucile Hadzihalilovic pour les fonds marins, un domaine mystérieux générateur de peur et de désirs primitifs et pour l’hôpital, ce lieu où le corps livré aux mains d’un personnel tout puissant est parfois soumis à d’étranges procédures.

En appui sur ces deux principaux thèmes, la metteuse en scène a, sous l’aspect d’un conte fantastique, traité le rapport à l’enfantement et le passage à la puberté.

Cinéma : Evolution

Il ne faut voir ni réalisme, ni linéarité dans "Evolution " même si le film repose à certains moments sur des événements tangibles, des rapports simples entre les protagonistes, notamment ceux qui lient la mère à son enfant.

Il y aurait certainement différentes façons de résumer le film mais la plus plausible est qu’il s’agit de la matérialisation d’un cauchemar récurrent qui hanterait un jeune garçon qui ne parvient pas à s’arracher aux eaux maternelles, qui vit un rapport trouble à sa propre naissance et à la transformation à venir de son corps.

Lucile Hadzihalilovic a situé son récit, ce voyage sensoriel et émotionnel, dans un décor de paysages maritimes et de terres volcaniques, à la fois anxiogène et fascinant.

Elle a créé avec une image toujours magnifique d’ambiance nocturne, des mouvements et déplacements énigmatiques mais gracieux, un territoire mystérieux et ambigu où l’atmosphère et les détails comptent autant que la narration elle-même, toujours déroutante.

"Evolution " flirte sans cesse avec le fantastique, la science-fiction pour lever le voile sur un monde imaginaire et poétique et convoquer les récits mythologiques liés à la mer.

Le film a été conçu pour être un perturbant mais beau voyage intérieur capable d’emmener dans les plaisirs d’une expérience cinématographique inhabituelle..

Œuvre onirique, esthétisante et vaine ou magnifique et ample poème, le film ne manquera pas de partager le public

Francis Dubois

Autres articles de la rubrique Actualité cinématographique - avant-premières, festivals...

  • "La cigale, le corbeau et les poulets"
    Début 2009, des balles de 9mm accompagnées de lettres de menace parviennent à différents hommes politiques en place ainsi qu’au Président de le République de l’époque, Nicolas Sarkozy. Les lettres sont... Lire la suite (14 janvier)
  • "Fleur de tonnerre"
    Née en 1803 au sein d’une famille de cultivateurs aux revenus modestes, Héléne Gegado deviendra une des plus grandes empoisonneuses de tous le temps avec, à son terrible actif, l’assassinat de vingt... Lire la suite (13 janvier)
  • "Corniche Kennedy"
    Depuis la terrasse de la villa du riche quartier de la Corniche où elle vit avec ses parents, la lycéenne Suzanne observe et photographie un groupe de jeunes gens qui, depuis les hauts rochers de... Lire la suite (13 janvier)
  • "Jamais contente"
    Si Aurore redouble sa classe de cinquième, ce n’est pas qu’elle manque des moyens qui lui permettraient de réussir sa scolarité mais c’est parce qu’elle est rentrée dans une spirale négative qui a fait... Lire la suite (10 janvier)
  • "Vivere"
    Pendant huit ans, de 2001 à 2009, Judith Abitbol est allée filmer une octogénaire, Ede Bartolozzi, dans son village en Italie. Huit années au fil desquelles une lente détérioration physique et... Lire la suite (9 janvier)